2006 : année du nucléaire… et des antinucléaires !

Chronolo­gie com­men­tée de l’année 2006, par le Réseau “Sor­tir du nucléaire”

  • 5 jan­vi­er : Chirac avale la 4e génération

STOP EPR

L’année débute en fan­fare avec l’annonce par le Prési­dent de la République de la con­struc­tion en France d’un “pro­to­type de réac­teur nucléaire de 4e généra­tion qui devra entr­er en ser­vice en 2020”. Voici com­ment cette déci­sion a été prise :

- Mon­sieur le Prési­dent, il faut con­stru­ire un nou­veau réac­teur nucléaire.

- Quoi, encore ? On a déjà lancé l’EPR et ITER. Qu’est-ce qu’il doit faire votre machin ?

- Il sera, heu… voyons… Voilà : il sera plus sûr et pro­duira moins de déchets.

- Ha bon. Vous ne m’aviez pas déjà dit ça pour l’EPR ? Peu importe, c’est d’accord, je vous annonce ça avec mes vœux”

Quant au débat pub­lic, il aura lieu comme tou­jours après que toutes les déci­sions aient été pris­es. Dernier “détail” : ce réac­teur dit “de 4e généra­tion” sera en fait un surgénéra­teur. C’est donc le retour de Super­phénix sous une nou­velle appel­la­tion. Record à bat­tre : 10 mil­liards d’euros gaspillés…

  • 12 jan­vi­er : Pierre-Gilles de Gènes dés­in­tè­gre ITER

Inter­viewé par Les Échos (“Recherche : le cri d’alarme d’un prix Nobel”), Pierre-Gilles de Gènes estime qu’Iter est une “véri­ta­ble hérésie” et par­le d’un “pro­jet fou”. CQFD

  • 19 jan­vi­er : Chirac perd la tête (nucléaire)

En déplace­ment à la base des sous-marins nucléaires de l’île Longue, le Prési­dent annonce une inflex­ion de la doc­trine française : les armes atom­iques ne sont plus seule­ment là pour dis­suad­er, elle pour­ront servir si les “intérêts vitaux” de la France sont menacés.

  • 24 jan­vi­er : les citoyens ne veu­lent pas de nucléaire

L’Eurobaromètre (sondage de grande ampleur de la Com­mis­sion européenne) mon­tre que seule­ment 12% des citoyens européens sont favor­ables au développe­ment du nucléaire pour réduire la dépen­dance énergé­tique. En France, ce chiffre est encore plus faible : 8% !

  • 26 jan­vi­er : le débat bidon sur ITER atomisé

La séance d’ouverture du “débat pub­lic” sur ITER est annulée, la salle étant envahie par les man­i­fes­tants anti­nu­cléaires. Il est vrai que la déci­sion de faire ITER est déjà prise : à quoi bon ce débat bidon, si ce n’est don­ner l’impression qu’il y a une procé­dure démocratique ?

  • 15 févri­er : World Trade cen­trale nucléaire

La Cour con­sti­tu­tion­nelle alle­mande inter­dit d’abattre un avion détourné, même s’il se dirige vers une cen­trale nucléaire. Rap­pel : le risque zéro existe, il suf­fit de fer­mer toutes les cen­trales nucléaires.

  • 2 mars : Bush enterre la non-prolifération

Théorique­ment, aucun pays ne doit livr­er du matériel nucléaire à l’Inde, ce pays n’ayant pas signé le Traité de non-pro­liféra­tion. Mais l’attrait de con­trats juteux est plus fort pour Bush qui signe un accord nucléaire avec l’Inde. Chirac s’était pronon­cé pour un tel accord le 18 févri­er, espérant (naïve­ment) plac­er des réac­teurs nucléaires français. Et après on s’étonne que des pays comme la Corée du Nord, l’Iran, et d’autres, veu­lent aus­si l’arme atomique…

  • 9 mars : Are­va dérape aux USA

Espérant ven­dre des réac­teurs nucléaires aux USA, Are­va embauche à prix d’or Spencer Abra­ham, représen­tant de l’ultra-droite des USA et ancien secré­taire à l’Énergie de Bush.

  • 15 avril : 30 000 con­tre l’EPR !

30 000 man­i­fes­tants à Cher­bourg con­tre l’EPR, mal­gré une pluie bat­tante. Les médias font part de leur sur­prise face à un mou­ve­ment anti­nu­cléaire qu’ils croy­aient mori­bond. Le Jour­nal du Dimanche, lui, titre “le grand retour du nucléaire”. Ce n’est pas une coquille mais une ânerie.

  • 20 avril : fac­ture énergé­tique, le “mir­a­cle nucléaire” s’évanouit

Le min­istère de l’économie recon­naît que, après une aug­men­ta­tion de 24% en 2004, la fac­ture énergé­tique française bon­dit de 35% en 2005. Autant que dans les pays voisins. Pour­tant, on nous racon­te tous les jours que le nucléaire nous pro­tège de l’augmentation du prix de l’énergie…

  • 26 avril : Tch­er­nobyl + 20

20 ans après Tch­er­nobyl, l’ONU se déshon­ore en pub­liant un bilan ridicule­ment bas de la cat­a­stro­phe. Mais, mal­gré un impor­tant déploiement de moyens, le lob­by nucléaire ne parvient pas à impos­er sa dés­in­for­ma­tion : il ressort unanime­ment que Tch­er­nobyl est bien une effroy­able cat­a­stro­phe dont les con­séquences con­tin­u­ent de s’aggraver.

  • 4 mai : EDF lance l’EPR

Are­va n’arrivant à ven­dre son EPR ni aux USA, ni en Inde, ni en Chine, c’est… la France qui s’y colle. EDF annonce offi­cielle­ment la con­struc­tion d’un EPR à Fla­manville (Manche).

  • 6 mai : Grav­e­lines bat un record

Le Réseau “Sor­tir du nucléaire” révèle qu’un cir­cuit de sécu­rité est resté décon­nec­té pen­dant un an sur un des réac­teurs de la cen­trale nucléaire de Grav­e­lines (Nord) avant que quelqu’un s’en aperçoive. C’est sûre­ment ça la “sûreté nucléaire” à la française…

  • 16 mai : la DST attaque !

20 policiers, dont dix de la DST (envoyés par la sec­tion antiter­ror­iste du Par­quet de Paris) envahissent l’appartement de Stéphane Lhomme, porte-parole du Réseau “Sor­tir du nucléaire” : perqui­si­tion, mise en exa­m­en pour “Com­pro­mis­sion du secret de la défense nationale” (pour la déten­tion d’un doc­u­ment sur la vul­néra­bil­ité de l’EPR en cas de crash sui­cide). Il ne fait pas bon s’intéresser de trop près au nucléaire ! De mul­ti­ples organ­i­sa­tions protes­tent, y com­pris la Ligue des droits de l’Homme (LDH) et même… le très pronu­cléaire PS !

  • 1er juin : nan­otech­nolo­gie, macro-répression !

Toute inno­va­tion sci­en­tifique peut engen­dr­er le pire ou le meilleur. En France, les nan­otech­nolo­gies mèneront inévitable­ment au pire car elles sont mis­es en œuvre sous la houlette du Com­mis­sari­at à l’énergie atom­ique (CEA). Lors de l’inauguration du “Minatec”, une man­i­fes­ta­tion (à laque­lle le Réseau “Sor­tir du nucléaire” a par­ticipé) est sauvage­ment réprimée, les policiers pour­chas­sant même les man­i­fes­tants dans les rues de Greno­ble une par­tie de l’après-midi.

  • 5 juin : le chantier de l’EPR fin­landais aurait 8 mois de retard
  • 15 juin : le secret défense au grand jour

Ouver­ture de l’enquête publique sur le réac­teur EPR : à cheval sur la coupe du monde de foot et les vacances d’été, pour être sûr que la procé­dure passe inaperçue. Dans de nom­breuses villes, des délé­ga­tions du Réseau “Sor­tir du nucléaire” por­tent en pré­fec­ture des copies du fameux doc­u­ment con­fi­den­tiel défense sur l’EPR. Secret de Polichinelle pour réac­teur de Guignol.

  • 20 juin : alerte nucléaire !

Une rumeur crée un début de panique nucléaire en Moselle où se trou­ve la cen­trale nucléaire de Cat­tenom. Les gens se pré­cip­i­tent dans les écoles pour récupér­er leurs enfants et s’échapper en voiture : un com­porte­ment très humain mais… con­traire aux direc­tives. Démon­stra­tion est faite que rien ne se passera comme prévu le jour de la catastrophe…

  • 3 juil­let : le “débat pub­lic” obéit aux ordres.

La Com­mis­sion nationale du débat pub­lic donne un avis favor­able à la con­struc­tion du réac­teur ITER. Le gou­verne­ment ron­ronne de plaisir, des asso­ci­at­ifs (ni légitimes, ni représen­tat­ifs) ont col­laboré à cette par­o­die de démocratie…

  • 5 juil­let : légionelles !

Le Réseau “Sor­tir du nucléaire” dénonce la mise en dan­ger des riverains par les tours de refroidisse­ment des cen­trales nucléaires, qui émet­tent des légionelles. Un rap­port mon­tre que ces cen­trales béné­fi­cient de déro­ga­tions totale­ment injus­ti­fiées par rap­port aux règles générales. Et qu’aucune enquête n’a été faite pour voir s’il y avait des victimes…

  • 7 juil­let : 4 mil­liards d’euros pour le CEA

Sous pré­texte de sign­er un “con­trat d’objectif’”, l’État verse 4 mil­liards d’euros au Com­mis­sari­at à l’énergie atom­ique (CEA). Tou­jours sans deman­der aux citoyens s’ils sont d’accord…

  • 10 juil­let : le nucléaire en déclin en France aussi

Le min­istre de l’industrie François Loos annonce à con­trecœur que la part du nucléaire dans l’électricité française tomberait de 80% actuelle­ment à 73% en 2015 (soit env­i­ron 15% de l’énergie consommée).

  • 11 juil­let : le chantier de l’EPR fin­landais aurait désor­mais 1 an de retard
  • 19 juil­let : canicule, la France nucléaire manque d’électricité !

Comme en 2003, la preuve est apportée que c’est le réchauf­fe­ment cli­ma­tique qui s’attaque au nucléaire et non l’inverse. Les cen­trales sont en dif­fi­culté, EDF importe de l’électricité.

  • 25 juil­let : Tchernosuède ?

C’était “impos­si­ble” et pour­tant c’est arrivé : un court-cir­cuit fait dis­jonc­ter un réac­teur nucléaire ET les moteurs de sec­ours (sup­posés rester tou­jours indépen­dants). A 7 min­utes près, la fusion du cœur débu­tait et on s’engageait vers un Tch­er­nobyl sué­dois. Une fois de plus, la chance a joué un rôle majeur dans la “sûreté” nucléaire…

  • 27 juil­let : 3 jours de fes­ti­val à Bure con­tre l’enfouissement des déchets radioactifs
  • 16 août : déman­tèle­ment démentiel

Le déman­tèle­ment des instal­la­tions nucléaires bri­tan­niques coûterait 104 mil­liards d’euros. Cette éval­u­a­tion est passée en quelques mois de 70 mil­liards à 80, puis 90 et main­tenant 104. En atten­dant pire. Et en France ? EDF annonce royale­ment avoir estimé le déman­tèle­ment à quelques dizaines de mil­liards. Ridicule.

  • 22, 23, 24 sep­tem­bre : man­i­fes­ta­tion dans les Lan­des con­tre le mis­sile nucléaire M51

2000 per­son­nes à la manif, 15000 au con­cert (avec John­ny Clegg). Le pre­mier tir du M51 est pour bientôt…

  • 4 novem­bre : black-out !

10 mil­lions d’européens (dont la moitié en France) privés d’électricité à cause d’une panne géante venue d’Allemagne. Immé­di­ate­ment, les médias pré­ten­dent que le nucléaire est un rem­part con­tre de telles pannes. Or, celle-ci s’est pro­duite dans un pays qui n’a fer­mé pour le moment que 3 vieux réac­teurs et qui reste tou­jours un des pays les plus nucléarisés du monde. Ce qui n’a pas empêché la panne. CQFD.

  • 7 novem­bre : le “grand retour” du nucléaire ?

L’AIE (Agence Inter­na­tionale de l’Énergie) recom­mande des investisse­ments mas­sifs dans le nucléaire. Les édi­to­ri­al­istes, en par­ti­c­uli­er en France, s’en don­nent à cœur joie, mais vont “oubli­er” la mise au point de l’AIE trois jours plus tard…

  • 7 novem­bre : le Réseau “Sor­tir du nucléaire” et le secret défense (encore !)

Le Réseau “Sor­tir du nucléaire” annonce pour jeu­di 9 novem­bre au matin le pre­mier tir du nou­veau mis­sile inter­con­ti­nen­tal français, le M51. Pour­tant, le jour et l’heure de ce tir sont absol­u­ment secrets. Le Réseau dit-il vrai ?

  • 8 novem­bre : le PS aime le nucléaire

Dans une inter­view don­née au Nou­v­el Obser­va­teur, François Hol­lande déclare “Il ne peut être ques­tion de sor­tir du nucléaire”. Ça a le mérite d’être clair.

  • 9 novem­bre : pre­mier tir du mis­sile M51

À Bis­carosse, dans les Lan­des, le pre­mier M51 s’envole, et des mil­liards d’euros avec lui… Quant au Réseau “Sor­tir du nucléaire”, il avait encore une infor­ma­tion secret défense et s’est per­mis de pren­dre des pho­tos du mis­sile. La France bafoue allè­gre­ment le Traité de non pro­liféra­tion… mais se per­met de faire des remon­trances à la Corée du Nord et à l’Iran. Amusant.

  • 10 novem­bre : le grand “non-retour” du nucléaire

Après sa sor­tie du 7 novem­bre et les com­men­taires enflam­més qui ont suivi, l’AIE est oblig­ée de remet­tre les choses au point : “La tâche prin­ci­pale de l’industrie nucléaire dans les années à venir sera de rem­plac­er les cen­trales exis­tantes qui auront atteint leur fin de vie. Cela sig­ni­fie qu’on aura besoin de nom­breuses cen­trales sans pour autant aug­menter la part du nucléaire dans la pro­duc­tion d’électricité.” Tra­duc­tion : l’industrie nucléaire est men­acée de dis­pari­tion, elle doit dégager des moyens immenses si elle veut survivre.

  • 10 novem­bre : le chantier de l’EPR fin­landais aurait désor­mais 2 à 3 ans de retard

Le retard, c’est selon La Tri­bune. Les pertes pour Are­va, c’est 1 mil­liard (!) selon Capital.

  • 16 décem­bre : béréz­i­na pour l’EPR et Areva

Le “con­trat du siè­cle”, la con­struc­tion de 4 réac­teurs nucléaires en Chine, échappe à Are­va et son pau­vre réac­teur EPR. Cette décon­v­enue s’ajoute à celle de l’EPR en Fin­lande. Bon, on l’annule quand l’EPR prévu en France ?

  • 19 décem­bre : Al Gore tor­pille le nucléaire

Dans une inter­view accordée à L“Express, l’ancien Vice-Prési­dent des USA Al Gore récuse le nucléaire comme option pour lut­ter con­tre le réchauf­fe­ment cli­ma­tique, et il ajoute : “Cer­tains pays ont fait part de leur inten­tion de se dot­er de la tech­nolo­gie nucléaire pour pro­duire de l’énergie, alors qu’ils sont en fait intéressés par les armes nucléaires”. CQFD.

  • 20 décem­bre : le PS soulagé

Dominique Voynet déclare à l’AFP : “Je ne demande pas formelle­ment aux social­istes de s’engager sur la sor­tie du nucléaire”. Ça tombe “bien”, ils n’en ont absol­u­ment pas l’intention !

  • 20 décem­bre : Chirac annonce (encore !) un réac­teur de “4e génération”

Rien de neuf par rap­port au 5 jan­vi­er, mais ça redonne le moral aux nucléocrates anéan­tis par les décon­v­enues de l’EPR. Et puis, ça per­met de finir l’année comme elle a com­mencé : par une âner­ie de Chirac.

Source : Réseau Sor­tir du Nucléaire


Auteur : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

3 pensées sur “2006 : année du nucléaire… et des antinucléaires !”

  1. Dominique Voynet déclare à l’AFP : “Je ne demande pas formelle­ment aux social­istes de s’engager sur la sor­tie du nucléaire”. Ca tombe “bien”, ils n’en ont absol­u­ment pas l’intention !

    Voynet a fait là une grosse bêtise … et ca repart comme en 97 …