Anthony Blanc, mais pas comme neige !

Depuis la présen­ta­tion de son pro­gramme sur la Piquouse de Rap­pel et des com­men­taires qui ont suivi, et suite à l’article sur la ges­tion de son per­son­nel ici-même, Jean-Jacques Châ­tel fait un peu la gueule. Ain­si en début de semaine, une scène rap­portée à votre coléop­tère préféré tradui­sait bien l’humeur de l’édile.

Lun­di donc, des employés com­mu­naux ont fait la mise sous pli des pro­fes­sions de foi des deux can­di­dats mainvil­lois, sous l’œil aver­ti de deux col­istiers d’Anthony Blanc (M. Blan­chard et M. Pous­sard). Ceux-ci ont eu la sur­prise de se voir saluer par le maire lorsqu’il est passé dans la salle où se déroulait la mise sous pli, tan­dis que ses employés n’ont pas eu droit à cette civil­ité. Ce qui au pas­sage con­firme ce que d’autres dis­ent, à savoir qu’à Mainvil­liers, il y a “peu de con­sid­éra­tion pour les employés” de la part d’un “maire peu avenant qui salue rarement sauf lorsqu’il a besoin d’eux”.

Tract de campagne de Anthony Blanc et Philippe Poussard (Mars 2008)

Mais avant d’être traité de ven­du au patronat et à la droite, je tenais à rétablir l’équilibre en vous touchant deux mots sur la liste de son con­cur­rent. En sep­tième posi­tion sur la liste d’Anthony Blanc se trou­ve un cer­tain Philippe Pous­sard, agent ter­ri­to­r­i­al de son état. Selon nos reporters et envoyés spé­ci­aux, tou­jours très bien ren­seignés, ce mon­sieur est en fait polici­er munic­i­pal à Chartres, ce qui en soi ne con­stitue pas une infrac­tion, et sym­pa­thisant du FN à ses heures per­dues, ce qui en soi ne con­stitue pas une preuve de grande intel­li­gence.

Et que dit ce mon­sieur Pous­sard ? En gros, que si sa tête de liste rem­por­tait la par­tie, on aurait enfin droit à une police munic­i­pale digne de ce nom, avec un ren­force­ment des effec­tifs dû à un trans­fert de per­son­nel de Chartres vers Mainvil­liers, ce dont l’énergumène se vante ouverte­ment auprès de ses col­lègues char­trains, une pos­si­ble mutu­al­i­sa­tion des moyens avec la ville cen­tre…

Et pourquoi pas un bunker comme à Lucé ?

Le plus inquié­tant pour les mainvil­lois, c’est que ce brave M. Pous­sard serait affec­té à la cir­cu­la­tion et à la sécu­rité, ce qui compte tenu du pédi­grée du bon­homme, promet des soirées chaudes en ban­lieue.

Pour ter­min­er, je reprends à mon compte les réserves qu’avait for­mulées le Cen­tre nation­al de la fonc­tion publique ter­ri­to­ri­ale (CNFPT), lequel avait émis des réserves sur ses capac­ités à exercer la fonc­tion, con­sid­érant que celui-ci était “ingérable”.


Auteur : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...