Au Bar d’Audiard (4)

Au Bar d'Audiard

Bien­v­enue au Bar d’Audiard ! Servez-vous c’est gra­tu­it ! Mais n’oubliez pas de ren­dre la mon­naie et de pass­er à la caisse en sor­tant, mer­ci…

Avec en prime un indice sur mon état d’esprit, rien que pour vous faire plaisir (mais surtout pour vous aider)…

Michel Audiard (Dessin N&B)
Michel Audi­ard (Dessin N&B)

- La psy­cholo­gie, y’en a qu’une : Défourailler le pre­mier.
 — C’est un peu som­maire, mais ça peut être effi­cace.

Illus­tra­tion : Michel Audi­ard, par Car­i­ca­ture Zone


Auteur : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

12 réflexions sur « Au Bar d’Audiard (4) »

  1. Fer­nand : — C’est quand même mar­rant les évo­lu­tions. Quand je l’ai con­nu, le Mex­i­cain, y recru­tait pas chez ton­ton.
    Pas­cal : — Vous savez ce que c’est, non ? L’âge, l’éloignement. À la fin de sa vie, il s’était penché sur le reclasse­ment des légion­naires.
    Fer­nand : — Ah ! Si c’est une oeu­vre, alors là, là c’est autre chose.

  2. Et dans la cui­sine au moment du “vit­ri­ol”

    - J’y trou­ve un goût de pomme
    -Y en a !
     — Vous avez beau dire, y’a pas seule­ment que de la pomme, y’a aut’chose. Ça serait pas dès fois de la bet­ter­ave, hein ?
     — Si, y’en a aus­si.

  3. - Non mais t’as déjà vu ça ? en pleine paix, y chante et pis crac, un bourre-pif, mais il est com­plète­ment fou ce mec ! Mais moi les dingues j’les soigne, j’m’en vais lui faire une ordon­nance, et une sévère, j’vais lui mon­tr­er qui c’est Raoul. Au 4 coins d’Paris qu’on va l’retrouver éparpil­lé par petits bouts façon puz­zle… Moi quand on m’en fait trop j’correctionne plus, j’dynamite… j’disperse… et j’ventile…

  4. Résumé du film :

    Pour pro­téger la fille et les intérêts d’un de ses amis défunts, un truand “à la retraite” est con­traint de repren­dre du ser­vice.

    Ex-truand aujourd’hui rangé, Fer­nand Naudin dirige une usine de tracteurs et mène une vie pais­i­ble, jusqu’au jour où il reçoit un télé­gramme de Louis, alias “le Mex­i­cain”, un vieil ami qui l’appelle à son chevet. Avant de ren­dre son dernier soupir, Louis charge Fer­nand de met­tre de l’ordre dans ses affaires et de s’occuper de Patri­cia, sa fille, qui n’a jamais rien su des coupables activ­ités de son père. Fer­nand se rep­longe ain­si dans un univers qu’il con­naît bien et, assisté du notaire du défunt, Maître Folage, ne tarde pas à se heurter à Raoul et Paul Vol­foni, deux mal­frats qui lorgnent sur les affaires du “Mex­i­cain”…

    Source : Les fich­es du ciné­ma /​michelaudiard.com

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.