Au Bar d’Audiard (9)

Au Bar d'Audiard

Pour accom­pa­g­n­er cette semaine le slo­gan de bien­v­enue sur les Fab­u­la­tions de Lafontanelle, je vous pro­pose, comme depuis le début de la série Au Bar d’Audiard, de stim­uler votre mémoire ciné­matographique en vous livrant une cita­tion…

À vous de trou­ver le titre du film dont elle est tirée, le réal­isa­teur et l’année de sor­tie au ciné­ma.

Michel Audiard (Dessin couleur)
Michel Audi­ard (Dessin couleur)

- On est gou­vernés par des las­cars qui fix­ent le prix de la bet­ter­ave et qui ne sauraient pas faire pouss­er des radis.


L’histoire : Retiré de la poli­tique depuis des années, Émile Beau­fort partage ses loisirs entre la prom­e­nade et la rédac­tion des mémoires qu’il dicte à Made­moi­selle Miller­an, sa secré­taire-gou­ver­nante ; il suit cepen­dant tou­jours les événe­ments. Vingt ans plus tôt en effet, Beau­fort a dirigé un long moment la poli­tique française.

Prési­dent du Con­seil, il a dû se résign­er à une déval­u­a­tion de la mon­naie. Pré­parée dans le plus grand secret, la mesure provoque cepen­dant une manœu­vre d’un groupe financier et l’épargne française y perd trois mil­liards. Le Prési­dent du Con­seil n’a pas tardé à com­pren­dre qu’une fuite s’est pro­duite par son pro­pre chef de cab­i­net, Philippe Cha­la­m­ont, gen­dre du ban­quier Éti­enne Vol­lard, allié au groupe spécu­la­teur, et il lui fait sign­er l’aveu de sa for­fai­ture.

Quelques années plus tard, de nou­veau au pou­voir, Beau­fort est attaqué sur son pro­jet d’États-Unis d’Europe. Son prin­ci­pal adver­saire, c’est le député Philippe Cha­la­m­ont ; le Prési­dent réfute l’argumentation spé­cieuse de celui-ci, mais se sachant bat­tu par une coali­tion d’intérêts, il dit leur fait aux par­lemen­taires et quitte la vie publique. Et il se retrou­ve dés­espéré­ment seul. Même la fidèle Miller­an le trahit, de con­nivence avec la police, en essayant de récupér­er le doc­u­ment signé par Cha­la­m­ont.

Dans le pays en crise min­istérielle, on par­le de lui pour la Prési­dence du Con­seil. Beau­fort attend la vis­ite de son ancien col­lab­o­ra­teur, dont il est résolu à bar­rer le chemin, car il n’a pas par­don­né le tort fait au peu­ple de France : prési­dent pressen­ti, Cha­la­m­ont vient sol­liciter son par­don. Entre temps, Beau­fort a brûlé les doc­u­ments mais, après l’entrevue, les jour­naux annon­cent le retrait de celui qu’on regar­dait déjà comme Pre­mier Min­istre. Et le vieil­lard, car­diaque et épuisé, peut bien finir sa vie.

Source : Les fich­es du ciné­ma, 2001.


C’est à vous de jouer !


Auteur : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

5 réflexions sur « Au Bar d’Audiard (9) »

  1. @Dominique : Mer­ci et bra­vo pour cette bonne réponse ! Mal­heureuse­ment, pour répon­dre à ta ques­tion, absol­u­ment rien, car ce n’est pas le genre de la mai­son de récom­penser les joueurs pour qu’ils étal­ent leur cul­ture… (On n’en a pas les moyens !) Ceci dit tu peux rejouer et c’est l’essentiel 😀

  2. C’était bien le sens et l’esprit de ma réponse égale­ment 😉

    Que ton séjour sur ces quelques pages te soit agréable, elles n’attendent que ta prose comme celle des nom­breux anonymes qui atter­ris­sent ici par hasard pour se col­or­er d’une mul­ti­tude de points de vue…

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.