Les Comédies humaines de Balzac et Daumier au musée de Saché

Réal­isée en parte­nar­i­at avec la revue L’Histoire, avec le sou­tien de la Bib­lio­thèque Nationale de France et grâce à la col­lab­o­ra­tion de plusieurs musées français, cette expo­si­tion présente env­i­ron soix­ante-dix pièces.

Con­tin­uer la lec­ture de « Les Comédies humaines de Balzac et Dau­mi­er au musée de Saché »

Serge Germain, musicien tourangeau

Maître Renard vous pro­pose ici le pre­mier por­trait d’un artiste de la région. Serge Ger­main est un musi­cien con­nu et recon­nu sur Tours. Ce por­trait a été réal­isé par Doc Pilot, autre fig­ure musi­cale, cri­tique et à l’écoute des autres. Nous vous fer­ons ain­si partager ces véri­ta­bles doc­u­men­taires de Doc Pilot, pleins de finesse et de sen­si­bil­ité.

Con­tin­uer la lec­ture de « Serge Ger­main, musi­cien tourangeau »

Une Eurélienne sur orbite

Juste en pas­sant, ce petit bil­let pour souhaiter un bon anniver­saire à une voi­sine incon­nue et éloignée !

Con­tin­uer la lec­ture de « Une Euréli­enne sur orbite »

Résister, c’est créer !

Ce titre est tiré du texte de l’appel à la com­mé­mora­tion du 60e anniver­saire du Pro­gramme du Con­seil Nation­al de la Résis­tance adop­té dans la clan­des­tinité le 15 mars 1944, et lu par les fig­ures his­toriques de la Résis­tance.

Con­tin­uer la lec­ture de « Résis­ter, c’est créer ! »

Le sondage du jour : 50 % Homme, 50 % Dieu, 100 % Sauveur !

Comme aujourd’hui dimanche, jour du 2ème tour des élec­tions prési­den­tielles, nous n’avons pas le droit de par­ler de poli­tique, nous allons par­ler reli­gion.

Con­tin­uer la lec­ture de « Le sondage du jour : 50 % Homme, 50 % Dieu, 100 % Sauveur ! »

Il y a 121 ans.…

1er mai 1886. À l’origine de la Journée de 8 heures et de la Fête du Tra­vail.

Le 1er mai 1886, la pres­sion syn­di­cale per­met à env­i­ron 200.000 tra­vailleurs améri­cains d’obtenir la journée de huit heures. Le sou­venir de cette journée amène les Européens, quelques années plus tard à instituer la Fête du Tra­vail.

Une reven­di­ca­tion nationale

1er Mai 1886 (Grandjouan)

Au cours du IVe con­grès de l’American Fed­er­a­tion of Labor, en 1884, les prin­ci­paux syn­di­cats ouvri­ers des États-Unis s’étaient don­né deux ans pour impos­er aux patrons une lim­i­ta­tion de la journée de tra­vail à huit heures. Ils avaient choisi de débuter leur action un 1er mai parce que beau­coup d’entreprises améri­caines enta­maient ce jour-là leur année compt­able.

Arrive le 1er mai 1886. Beau­coup de tra­vailleurs obti­en­nent immé­di­ate­ment sat­is­fac­tion de leur employeur. Mais d’autres, moins chanceux, au nom­bre d’environ 340.000, doivent faire grève pour forcer leur employeur à céder.

Le 3 mai, une man­i­fes­ta­tion fait trois morts par­mi les grévistes de la société McCormick Har­vester, à Chica­go. Une marche de protes­ta­tion a lieu le lende­main et dans la soirée, tan­dis que la man­i­fes­ta­tion se dis­perse à Hay­mar­ket Square, il ne reste plus que 200 man­i­fes­tants face à autant de policiers. C’est alors qu’une bombe explose devant les forces de l’ordre. Elle fait une quin­zaine de morts dans les rangs de la police.

Haymarket Square, 3 Mai 1886

Trois syn­di­cal­istes anar­chistes sont jugés et con­damnés à la prison à per­pé­tu­ité. Cinq autres sont pen­dus le 11 novem­bre 1886 mal­gré des preuves incer­taines. (…)”

Lire l’intégralité de l’article de Joseph Savès sur Hérodote.net

Con­tin­uer la lec­ture de « Il y a 121 ans.… »