Le courroux de Roux

J’ai été bien mal­gré moi à l’origine d’une sus­pen­sion de séance d’une dizaine de min­utes au con­seil munic­i­pal de Lucé du 22 juin dernier, pour avoir nég­ligem­ment pris quelques pho­tos pour votre jour­nal préféré.

Con­tin­uer la lec­ture de « Le cour­roux de Roux »

Les castors qui se voulaient aussi carnivores que les lions

Autre­fois asso­ciés, au fig­uré, pour con­stru­ire leurs loge­ments, les cas­tors n’ont plus aujourd’hui cette cohé­sion qui leur per­me­t­tait de vivre en colonies et de bâtir des digues, des abris de terre battue.

Con­tin­uer la lec­ture de « Les cas­tors qui se voulaient aus­si car­ni­vores que les lions »

À la recherche de l’humanisme perdu…

Le mois dernier, encore sous le choc de mon expéri­ence noc­turne, j’écrivais en pleine nuit un arti­cle au vit­ri­ol inti­t­ulé La haine. Je me sou­viens bien avoir dit ce soir-là aux témoins présents que je préférais de loin taper sur mon clavier que de taper, tout court… La haine en l’espèce, vient du sen­ti­ment d’impunité que nous ren­voie le som­met de l’État. Ain­si donc, si en haut lieu tout est per­mis, nul rem­part à la vio­lence ordi­naire. Un prési­dent qui blan­chit plus blanc que blanc, un min­istre de l’Intérieur aux bass­es besognes pour ravir le trône suprême à son Pre­mier et supérieur, des béton­neurs chauves et bedonnants émargeant à 1500 fois le SMIC… par mois ! Si peu de respect ne peut que nuire…

Con­tin­uer la lec­ture de « À la recherche de l’humanisme per­du… »

La Haine…

« C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeu­ble de cinquante étages. Le mec au fur et à mesure de sa chute, il se répète sans cesse pour se ras­sur­er : jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien… Mais l’important c’est pas la chute, c’est l’atterrissage ! » (1)

Con­tin­uer la lec­ture de « La Haine… »

Collaborez, qu’ils disaient…

Le mer­cre­di 19 avril 2006, Roger, né le 4 mai 1975 à Kin­shasa (Con­go), se rend à la Pré­fec­ture de Chartres. Vivant en France depuis févri­er 2003 mais « sans-papiers », il vient com­pléter son dossier, et deman­der un récépis­sé de sa requête auprès de la Com­mis­sion des Recours aux Réfugiés (dépen­dante de l’Office Français de Pro­tec­tion des Réfugiés et Apa­trides — OFPRA), comme il l’a déjà fait maintes fois aupar­a­vant. L’administration pré­fec­torale, pré­tex­tant des doc­u­ments man­quants, lui demande alors, non sans arrières pen­sées, de revenir le lende­main…

Con­tin­uer la lec­ture de « Col­la­borez, qu’ils dis­aient… »