Chanson d’amour…

Un petit clin d’œil à la grand-mère à mous­tache.

On croy­ait savoir tout sur l’amour
Depuis tou­jours,
Nos corps par cœur et nos cœurs
Au chaud dans le velours.
Et puis te voilà bout de femme,
Comme le souf­flée d’une sar­ba­cane.
Le ciel a même un autre éclat
Depuis toi.

Les hommes pour­suiv­ent ce temps
Qui court depuis tou­jours,
Voilà que t’arrives
Et que tout s’éclaire sur mon par­cours,
Pen­due à mon cou comme une liane,
Comme le roseau de la sar­ba­cane.
Le ciel s’est ouvert par endroits,
Depuis toi.

Pas besoin de phras­es ni de longs dis­cours,
Ça change tout dedans, ça change tout autour.

Finis les matins paupières en panne,
Lour­des comme des bouteilles de butane,
J’ai presque plus ma tête à moi,
Depuis toi.

Pas besoin de faire de trop longs dis­cours,
Ça change tout dedans, ça change tout autour,
Pourvu que jamais tu ne t’éloignes,
Plus loin qu’un jet de sar­ba­cane,
J’ai presque plus ma tête à moi,
Depuis toi.
Depuis toi.


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.