Com comme…

Fabulations de Saison

La poésie aus­si, c’est de la com’ !

Com comme…

Com
comme
com­pro­mis

Com pour cons — cons
Ils nous con­seil­lent
ils les con­seil­lent
pour par­ler
pour nous com­mu­ni­quer
leur com­mune
niquai­son :
mais que veu­lent-ils donc ?

Nique la com !
Je préférais
quand ils nous jouaient
du vio­lon

Moulin à paroles,
robi­net qui fuit,
à nous saouler de mots
pour leur enlever le sens,
l’essence du Verbe.

Ils nous niquent les mots,
les écrits,
s’en ser­vent pour enreg­istr­er
à nos petits robots
poli­tiques,
admin­is­trat­ifs,
uni­for­mé­ment uni­formisés,
machines à blab­later
à jouer sur nos maux
pour nous ren­dre malades
et nous apporter
leurs remèdes
de char­la­tans-nés.

Lais­sez la parole,
espèce de com­mu­ni­cants,
lais­sez la pen­sée
à la libre expres­sion,
à la libre pen­sée.

Point de Poésie ne se con­trôle
et la com dérape,
décom­pose sa vaine réc­i­ta­tion
ses cou­plets désuets tech­ni­cisés
oui, par­bleu,
la com, ça rend con.

Maître Renard en pleine com !
Maître Renard en pleine com­mu­ni­ca­tion

Signé Maître Renard !


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.