Éteins la lumière…

L’histoire com­mence en 1983. Un mau­vais garçon, mal rasé et habil­lé de cuir des pieds à la tête, com­pos­i­teur, boule­verse la scène pop française avec Car­go de Nuit, un pre­mier titre tapageur.

Jean-Bap­tiste Mondi­no, him­self, signe le pre­mier clip, qui illus­tre juste­ment Car­go de Nuit, avec vio­lence et obscu­rité, tout en noir et blanc. Lors des qua­tre années suiv­antes, plus per­son­ne n’entendra par­ler de lui, silence radio, Axel s’isole pour com­pos­er son nou­v­el opus Sen­tinelles, qui sort en 1990. Axel a pris du temps pour écrire Sen­tinelles, une deux­ième livrai­son, dont est extrait le célèbre Éteins la Lumière. Le suc­cès est de mise et Axel repart sur les routes, accu­mu­lant con­certs et fes­ti­vals, la place qui lui con­vient le mieux. Un peu dégoûté du sys­tème de l’industrie musi­cale, Axel Bauer se retire une autre fois, pour revenir cette fois-ci, sept ans plus tard avec Achille. En 2003, il sort un best of inti­t­ulé La Dés­in­té­grale.

À force de se voir, on ne se voy­ait plus
À tant vouloir y croire, on n’y croy­ait plus
Et me laisse pas, si tu n’es pas sûre
Loin, loin de toi, tu me dis tout bas
Cette petite aven­ture
Va tourn­er en décon­fi­ture
Éclaire-moi
Éteins la lumière
Mon­tre-moi ton coté som­bre
Regarde les ombres
Qui errent
Cherche un peu de lumière
Tout s’éclaire
Main­tenant que le ciel n’a plus de mur
Lais­sons nous gliss­er dans l’ouverture
Le cœur est si léger, là où je t’emmènes
D’autres sont allées dans ce domaine
Éteins la lumière
Net­toie ce qui n’est pas toi
Souf­fle la pous­sière sur toi
Éteins la lumière
Mon­tre-moi ton coté som­bre
Regarde les ombres
Qui errent
Cherche un peu de lumière
Tout s’éclaire

{instru­men­tal}

À force de se voir, on ne se voy­ait plus
À tant vouloir y croire, on n’y croy­ait plus
Cette petite aven­ture
Va tourn­er en décon­fi­ture
Éteins la lumière
Mon­tre-moi ton coté som­bre
Regarde les ombres
Qui errent
Cherche un peu de lumière
Tout s’éclaire