Information, deux propagandes…

La cam­pagne de réha­bil­i­ta­tion et de rési­den­tial­i­sa­tion sur le quarti­er de Beaulieu laisse ses habi­tants dans l’expectative…

Chartres Habitat - Rénovation de Beaulieu (06 janvier 2006)

Le 6 jan­vi­er 2006, Jean-Pierre envoie une let­tre aux locataires de la rue du Chemin Doux, de la rue des Blottes et de l’avenue Louis Lumière, afin de les éclair­er sur l’avancement des travaux, allant même jusqu’à affirmer qu’ils “ne manqueron[t] pas de [les] tenir étroite­ment infor­més” de cette révo­lu­tion urbaine qui a “pour prin­ci­pal objec­tif d’améliorer [leurs] con­di­tions de vie, grâce à la rési­den­tial­i­sa­tion”, laque­lle leur per­me­t­tra de “béné­fici­er d’espaces extérieurs de qual­ité alors que la réha­bil­i­ta­tion amélior­era [leur] logement.”

À ce sujet, Jean-Pierre tient “enfin, [a nous] informe[r] que les pre­miers travaux, en l’occurrence la pose des menuis­eries PVC, débuteront au mois de mars et d’avril”

Le 31 jan­vi­er, les locataires sont heureux d’apprendre que la “réha­bil­i­ta­tion démar­rera au deux­ième trimestre 2006”, que “ces travaux se fer­ont sans aug­men­ta­tion spé­ci­fique de [leurs] loy­ers” et “seront cou­verts par les sub­ven­tions de l’Agence Nationale de Renou­velle­ment Urbain (ANRU), les fonds pro­pres de Chartres Habi­tat et par l’augmentation nor­male des loy­ers que l’organisme opère chaque année”

Les 11 et 18 juil­let, la douloureuse se pré­cise : après les 5 205 002 € (TTC) de la con­sul­ta­tion des locataires, le coût des travaux de réha­bil­i­ta­tion des 1108 loge­ments con­cernés s’élève à 13 000 000 € (HT), ce qui bien sûr, n’aura “aucune inci­dence sur [les] loy­ers” ! Finale­ment, les travaux débu­tent le 19 juil­let pour la rési­den­tial­i­sa­tion et fin juil­let pour la réha­bil­i­ta­tion, la pose des fenêtres devant se pour­suiv­re jusqu’au mois de décem­bre prochain (sic), et les autres travaux se “ter­min­er le 30 mars 2007”.

En sep­tem­bre 2006, “73 loge­ments sont encore occupés sur les 438 promis à la démo­li­tion.” Votre Loge­ment annonce fière­ment : “Des travaux gra­tu­its pour les rési­dents” ! Comme le dit une habi­tante quelque peu sur­menée par le “bal­let des pel­leteuses” et la valse des jar­diniers à “l’aube de la recon­struc­tion paysagère” : “Les petits suiss­es ne sont pas pressés car s’ils l’étaient, ils colleraient au pot…”

Illus­tra­tion (cliquez pour l’agrandir) : Cour­ri­er reçu par les habi­tants, Le Cafard de Beaulieu (Jan­vi­er 2006).