La Chine aux mille visages…

En 1990, j’étais en Inde. J’en ai fait le tour en Roy­al Enfield 350 Bul­let durant un an ; 20.000 km, trois acci­dents, jamais de ma faute…


Juste avant que la mous­son n’éclate, je décide d’aller me réfugi­er dans l’Himalaya ; au pro­gramme, Man­ali, Mac Leod Ganj, Leh, Sri­na­gar… Mac Leod Ganj, ça ne par­le pas à grand monde et pour­tant c’est là que se trou­ve la rési­dence du Dalaï Lama, 13 km au dessus de Daram­sala, au bout de la route…

Je pense y rester 3 jours ; en fait j’y passerai deux mois et je ren­con­tr­erai même le Dalaï Lama en per­son­ne. Alors for­cé­ment après ça, on ne peut pas ne pas avoir un à pri­ori très négatif à l’encontre des Chi­nois !

Dix huit ans plus tard, je me rend finale­ment en Chine, pour la pre­mière fois et bien sûr, j’ai des doutes…

Huanglong (7)

Mais il n’y a rien à faire ; durant 4 mois, de Pékin à la fron­tière lao­ti­enne, pour nous la Chine c’est que du bon­heur. Ça me fait presque mal de le dire aujourd’hui, avec ce qui se passe au Tibet mais la réal­ité de notre séjour en Chine, c’est que les Chi­nois sont adorables, curieux, souri­ants, servi­ables, hon­nêtes, tra­vailleurs…

Le prob­lème est le même que dans nos ban­lieues ; la majorité est cool mais il y a deux ou trois con­nards qui foutent le bor­del et on ne par­le que d’eux. En l’occurrence ces quelques con­nards sont au gou­verne­ment et manque de pot, l’armée et la police leur obéi…

Alors l’idée du boy­cott, nous on trou­ve qu’elle a du bon mais c’est pas les J.O qu’il faut boy­cotter ! Au con­traire ! Que tout le monde aille en Chine et que tout le monde prenne le train de Pékin à Lhasa ! Que tout le monde aille voir ce qui se passe ! Ça, ça aiderait peut-être…

Huanglong (19)

Ce qu’il faut boy­cotter, c’est pas les J.O, c’est tout ce qui est estampil­lé “Made in Chi­na” ; de toute façon dans trois semaines ça ne marchera plus, alors…

Et moi qui espérais vous faire rêver !

On va quand même se faire plaisir ; à une quar­an­taine d’heures de train de Pékin se trou­ve la cap­i­tale du Sichuan, Cheng­du. À huit heures de bus de Cheng­du, (à dix heures en cas d’accident), se trou­ve la ville de Song­pan et à quelques heures de bus de plus, mais là on ne compte plus, se trou­vent deux parcs nationaux excep­tion­nels : Huan­g­long et Jiuzhaigu.

Huan­g­long, c’est une suc­ces­sion de piscines vertes, turquois­es, bleues et jaunes qui se déversent l’une dans l’autre sur qua­tre kilo­mètres et Jiuzhaigu, ce sont des lacs de mon­tagnes d’un bleu que je n’avais encore jamais vu…

Jiuzaighu (10)

Voilà, deux per­les rares à ne rater sous aucun pré­texte si vous êtes dans le coin ce week­end !

À bien­tôt et remer­ciez moi ; grâce au boy­cott des pro­duits chi­nois, vous allez faire des économies car vous ne pour­rez plus acheter de jou­ets à vos enfants !!! En fait, à part la baguette française et le fro­mage, vous ne pour­rez plus acheter grand chose…

En pho­tos : Les parcs nationaux de Huan­g­long (1 et 2) et Jiuzhaigu (3)
Texte et illus­tra­tions : Patrick Dan­cel ; plus de pho­tos ? C’est ici


Auteur : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

1 réflexion sur « La Chine aux mille visages… »

  1. Bon­jour,

    effec­tive­ment, ça fait rêver ! Et je regrette sincère­ment de n’avoir pas con­nu cette région à l’époque où je tra­vail­lais en Asie et voy­ageais en Chine. Je m’en veux d’avoir man­quer ces parcs !

    Mer­ci très vive­ment de la décou­verte,

    Ch. Prat

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.