La force est avec votre souris !

Alain Uguen et l’Association Cyber@cteurs ont ren­du pub­lic hier le bilan des cyber@ctions du troisième trimestre 2006

Cyberacteurs : votre souris a du pouvoir !

Cyber@ction (185) : la guerre de l’ortie aura-t-elle lieu ?.

Plus de 5700 par­tic­i­pants. “Ortie et Cie” : nais­sance d’un col­lec­tif* pour la défense et la pro­mo­tion des pro­duits naturels de pro­tec­tion des plantes !

Suite aux mil­liers de cour­ri­ers de citoyens indignés par la loi d’orientation agri­cole 2006-11 par­venus aux Édi­tions de Ter­ran, à RTL, à divers­es asso­ci­a­tions dont Cyber@cteurs le 26 sep­tem­bre 2006, un col­lec­tif de défense et de pro­mo­tion des pro­duits naturels, “Ortie et Cie”, s’est con­sti­tué pour exiger des pou­voirs publics qu’ils s’engagent à pren­dre des mesures fortes en faveur des pro­duits naturels de pro­tec­tion des plantes.

La loi d’orientation agri­cole 2006-11 inter­dit la mise sur le marché, l’utilisation et la déten­tion de pro­duits phy­tosan­i­taires non homo­logués ain­si que la sim­ple recom­man­da­tion de ces mêmes pro­duits. Si ces dis­po­si­tions sont per­ti­nentes pour les pes­ti­cides de syn­thèse, elles ne doivent pas s’appliquer en l’état pour les pro­duits naturels — con­nus de longue date, fruits du savoir-faire paysan et qui n’ont jamais mon­tré d’effet nocif pour l’homme et son envi­ron­nement — que ce soit dans le cadre de leur com­mer­cial­i­sa­tion ou de leur fab­ri­ca­tion pour son usage per­son­nel.

Requête du col­lec­tif : surseoir aux dis­po­si­tions de la LOA. En con­séquence, les organ­i­sa­tions con­cernées (asso­ci­a­tions, pro­duc­teurs, con­som­ma­teurs) réu­nies en col­lec­tif le 26 sep­tem­bre 2006 à la Société nationale d’horticulture de France deman­dent aux min­istres chargés de l’agriculture et de la con­som­ma­tion de surseoir à l’application, pour les sub­stances naturelles, des dis­po­si­tions des arti­cles L. 253 – 1.-I. et L. 253 – 7 de la loi d’orientation agri­cole ou de tout autres textes de loi référant à ce dossier.

Requête du col­lec­tif : créa­tion d’un groupe de tra­vail offi­ciel. Par­al­lèle­ment, elles deman­dent la mise en place d’un groupe de tra­vail avec les acteurs con­cernés (pro­duc­teurs, vendeurs, util­isa­teurs, con­som­ma­teurs, écol­o­gistes, sci­en­tifiques, représen­tants de l’administration) sur la ques­tion des pro­duits naturels afin d’aboutir à la mise en place de normes adap­tées à la nature de ces pro­duits, encad­rant l’information et la mise sur le marché de ces pro­duits. À cet égard, le min­istère de l’agriculture serait inspiré de suiv­re l’exemple alle­mand qui per­met l’existence d’une famille de pro­duits naturels de plus de 190 de ces sub­stances.

Le col­lec­tif : sou­tien, inter­pel­la­tion et vig­i­lance. Le col­lec­tif, qui a pris pour nom “Ortie et Com­pag­nie”, va égale­ment inter­pel­er au plus vite les can­di­dats aux élec­tions prési­den­tielles et lég­isla­tives afin qu’ils se posi­tion­nent sur le sujet. “Ortie et Cie” apporte tout son sou­tien à Éric Petiot et restera vig­i­lant sur les suites de cette affaire, ain­si que con­tre toute répres­sion visant les pro­mo­teurs des pro­duits naturels inquiétés par les ser­vices de l’État.

*Pre­miers mem­bres déclarés du col­lec­tif et ayant adhéré à la charte : ACAP Accueil Paysan, Adéqua­tions, Alliance Picardie, Amis de l’Ortie, Bio, Consom’acteurs, Bio­coop, Botan­ic, Con­fédéra­tion Paysanne, Eco­pro­duits, Ecoute Nature, FNAB, Jar­diniers de l’Oise, Sec­tion de Chan­til­ly, La ferme du Goupil, L’Eau à la Bouche, Les Amis de la Terre, Les jardins naturels, MDRGF, Nature et Pro­grès, Objec­tif­bio, PPP-HSE, Pro­fertyl, Sté É. Petiot.

Cyber@ction (184) : Pro­gramme de développe­ment rur­al.

1431 per­son­nes ont par­ticipé.

Cyber@ction (182) : enquête publique EPR.

Le com­mis­saire enquê­teur vient de don­ner un avis favor­able : 5 man­i­fes­ta­tions sont en pré­pa­ra­tion pour le 19 mars 2007.

Cyber@ction (155) : Appel pour la vérité sur l’assassinat du juge Bor­rel.

Voir l’article du jour­nal Le Monde (édi­tion abon­nés) “Affaire Bor­rel : deux man­dats d’arrêt con­tre des per­son­nal­ités dji­bou­ti­ennes”.

Onze ans après la décou­verte du corps cal­ciné du juge français Bernard Bor­rel dans un ravin, le 19 octo­bre 1995, à 80 kilo­mètres de Dji­bouti-ville, la cour d’appel de Ver­sailles a délivré deux man­dats d’arrêt con­tre le pro­cureur de la République et le chef des ser­vices secrets de Dji­bouti, Dja­ma Souleiman Ali et Has­san Said Khaireh. “C’est une avancée plus que con­sid­érable dans ce dossier”, s’est réjoui Olivi­er Morice, l’un des avo­cats d’Élisabeth Bor­rel. Pour la veuve du mag­is­trat français, le pou­voir dji­bou­tien est le com­man­di­taire de l’assassinat de son mari. Elle n’a jamais cru à la ver­sion offi­cielle, selon laque­lle celui-ci se serait sui­cidé.

Cyber@ction (52) : Ingrid Bétan­court.

Voir l’article du jour­nal Libéra­tion “Un grand pas vers la libéra­tion d’Ingrid Bétan­court”.

Olivi­er Roubi, représen­tant à Paris de la Fédéra­tion inter­na­tionale des comités Ingrid Bétan­court, réag­it aux propo­si­tions des Forces armées révo­lu­tion­naires de Colom­bie qui déti­en­nent Ingrid Bétan­court depuis 2002.

Source : Cyber@cteurs


Auteur : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...