Le Suisse reprendrait bien du crabe…

À moins d’une semaine du début de Roland Gar­ros, les cartes se sont un peu redis­tribuées sur la planète Terre battue du ten­nis mon­di­al.

À l’issue de deux heures de com­bat (encore) acharné, Roger Fed­er­er a fini par s’imposer dans le Mas­ter Series d’Hambourg (2/​6, 6/​2, 6/​0), face à un Rafael Nadal faisant référence sur ce type de sur­face.

Mimi Siku dans ses oeuvres…

Le sur­doué suisse a mis fin, avec cette vic­toire, à une invin­ci­bil­ité de plus de 2 ans et 81 vic­toires du plus célèbre des crabes vio­lonistes et s’est en même temps ras­suré quant à son niveau de jeu.

Il y a encore un semaine, Fed­er­er doutait et se séparait de son entraineur après qua­tre tournois sans vic­toires. Un scan­dale pour un joueur qui est au moins final­iste de chaque tournoi auquel il par­ticipe. Rodgeur a fait taire tous les scep­tiques qui le voy­aient déjà mor­dre la pous­sière de la porte d’Auteuil en bat­tant Nadal pour la pre­mière fois sur terre battue.

En remet­tant tout en ques­tion pour ne pas rater une troisième fois le dernier tournoi du Grand Chelem qui manque à son pal­marès, le numéro 1 mon­di­al aura peut-être semé le doute dans l’esprit du dou­ble vain­queur sor­tant. Pour la pre­mière fois, l’avantage psy­chologique sera du côté du Suisse et le ren­dez-vous est pris pour la finale.

Soyons sûr que Rafael Nadal n’a pas dit son dernier mot et qu’il ne se lais­sera pas faire pour son tournoi fétiche. La légende du Suisse et du Crus­tacé est loin d’être ter­minée pour le plaisir des yeux et la beauté du jeu.

À suiv­re…

Illus­tra­tion : Niko


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.