Les Comédies humaines de Balzac et Daumier au musée de Saché

Réal­isée en parte­nar­i­at avec la revue L’Histoire, avec le sou­tien de la Bib­lio­thèque Nationale de France et grâce à la col­lab­o­ra­tion de plusieurs musées français, cette expo­si­tion présente env­i­ron soix­ante-dix pièces.

En pre­mier lieu, l’exposition per­met aux dif­férents publics de redé­cou­vrir les œuvres incon­tourn­ables de Dau­mi­er : les lith­o­gra­phies rel­e­vant de la satire poli­tique (Masques de 1831, 1832), celles qui affir­ment la con­tes­ta­tion con­tre le pou­voir de Louis-Philippe (Rue Transnon­ain, 1834), sans oubli­er les fameux bois gravés réal­isés pour l’édition Furne de La Comédie humaine de Balzac (1842 – 1848) qui ont immor­tal­isé des per­son­nages tels que le Père Gori­ot ou Vautrin.

Les Comédies humaines de Balzac et Daumier

L’exposition présente égale­ment des pièces mécon­nues et non moins dignes d’intérêt. La Phys­i­olo­gie du Ren­tier de Paris et de Province (1841) con­stitue à ce titre une heureuse décou­verte : ce petit ouvrage asso­cie un texte balza­cien d’une grande fraîcheur à une ving­taine de vignettes réal­isées par Dau­mi­er, véri­ta­ble galerie de stéréo­types aux effets comiques.

Il faut aus­si men­tion­ner les séries de lith­o­gra­phies de Dau­mi­er inti­t­ulées La Comédie humaine (1843 et 1853). Elles mon­trent en effet le rap­proche­ment entre l’artiste et l’écrivain pour les lecteurs de jour­naux dès les années 1840, à l’époque même où Balzac pub­lie les dix-sept vol­umes de « sa » Comédie humaine.

Enfin, l’article La Chine et les Chi­nois (1842) et la série de lith­o­gra­phies Voy­age en Chine (1843 – 1845) fix­ent d’une manière par­ti­c­ulière­ment savoureuse les représen­ta­tions de l’étranger au milieu du XIXe siè­cle : les lieux com­muns sont explorés dans toute leur éten­due, de la sim­ple trans­po­si­tion de sit­u­a­tions occi­den­tales à l’analyse par­fois plus dis­tan­ciée d’un événe­ment.

Musée Balzac à Saché (37)

À l’occasion du bicen­te­naire de la nais­sance d’Honoré Dau­mi­er (1808 – 1879), le musée Balzac réalise une expo­si­tion dans laque­lle il relie l’œuvre gravé du fameux car­i­ca­tur­iste à l’œuvre lit­téraire d’Honoré de Balzac. Depuis leur expéri­ence com­mune dans la presse parisi­enne des années 1830 jusqu’à leur col­lab­o­ra­tion dans le cadre de l’édition illus­trée, cette expo­si­tion croise leurs regards sur la société de l’époque à tra­vers des jour­naux, des lith­o­gra­phies, des bois gravés, des sculp­tures et des édi­tions orig­i­nales.

Honoré de Balzac et Honoré Daumier

Autour de l’exposition

Des vis­ites guidées de l’exposition ont lieu tous les samedis de 15 h 30 à 16 h 30 et peu­vent être pro­gram­mées sur réser­va­tion (tél. : 02 47 26 86 50). Des activ­ités péd­a­gogiques sont égale­ment organ­isées autour de l’exposition : des vis­ites de l’exposition (du cycle 2 à la ter­mi­nale), des ate­liers Imprimerie et des ate­liers Car­i­ca­ture (du cycle 2 à la 3e). À l’occasion de l’exposition, le musée Balzac édite en tirage lim­ité le fac-sim­ilé de la Phys­i­olo­gie du Ren­tier de Paris et de Province (éd. Mar­ti­non, 1841), le CD audio avec le texte inté­gral du même ouvrage inter­prété par Bernard Petit et, pour les enfants, un Car­net de dessin ren­tiers de Dau­mi­er et descrip­tions de Balzac. Les vis­i­teurs peu­vent égale­ment retrou­ver dans la bou­tique du musée, out­re le cat­a­logue, cartes postales et mar­que-pages de l’exposition.

Une muséo­gra­phie Ludique

Si cer­taines œuvres inspirent la grav­ité, d’autres provo­quent plutôt l’amusement : les car­i­ca­tures de Dau­mi­er et les phys­i­olo­gies de Balzac don­nent le ton. Le par­cours de vis­ite est ain­si guidé par des ren­tiers chap­o­lardés, phil­an­thropes, tac­i­turnes ou encore damerets qui courent sur les parois ou à même le sol.

Le vis­i­teur se con­fronte ain­si aux créa­tures de Dau­mi­er, par­fois trans­posées grandeur nature : il se retrou­ve alors immergé dans un monde en noir et blanc, celui de la presse et de l’édition illus­trée de l’époque. Un ren­tier nez à nez avec son chien ponctue le par­cours jeunesse et sig­nale aux enfants chaque œuvre de leur car­net de vis­ite. Ils sont invités à explor­er les rap­ports entre texte et image, l’art de la car­i­ca­ture et de la typolo­gie chez Balzac et Dau­mi­er, ou encore les tech­niques d’impression au milieu du XIXe siè­cle. Sur ce dernier thème, la salle de l’imprimerie du musée Balzac con­stitue un pro­longe­ment oppor­tun de l’exposition avec ses deux press­es lith­o­graphique et typographique.

Infor­ma­tions pra­tiques : Musée Balzac /​37190 Saché
Tél. : 02 47 26 86 50 — Fax : 02 47 26 80 28 — museebalzac@cg37.fr
Entrée : 4,5 € — Gra­tu­it jusqu’à 12 ans — www.monuments-touraine.


Auteur : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

1 réflexion sur « Les Comédies humaines de Balzac et Daumier au musée de Saché »

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.