Les définitions nécessaires du coléoptère (5)

Les définitions nécessaires du coléoptère

Y’a pas à chi­er, on s’comprend pas ! Parig­ot, c’est un fait, mais ça fait quand même vingt piges que je crèche dans la pam­pa beauceronne, hormis quelques inter­ludes entre Vit­ry et Mau­guio. Même si on ne devrait jamais quit­ter Mon­tauban, quand j’arrive aux Cas­tors il y a dix ans, je pense être de retour au bercail mais que t’chi ! L’avis des autochtones est que je suis et reste un accou­ru…

Castor
  1. Mam­mifère végé­tarien des riv­ières et des lacs (rongeurs), à pattes palmées et à large queue plate (1135).
  2. Au pluriel, per­son­nes asso­ciées pour con­stru­ire leurs loge­ments.
  3. Homme d’une grande puis­sance sex­uelle (1970, Boudart-Éti­enne).
  4. Pros­ti­tué mâle ; homo­sex­uel en général (1920, Bauche, argot des matelots).
Parigot
  1. De Paris (1886). Parisien : Les Parig­ots.
  2. Accent parig­ot : les into­na­tions (…) encore un peu trop parig­otes. (Jules Romains)
  3. « Parig­ot, tête de veau » :

    Depuis notre départ de Paris, nous avions pris l’habitude de ne compter que sur nous-mêmes : nous venions de décou­vrir le plaisir de nous débrouiller, enfants, dans un monde d’adultes. (…) Un peu après qua­tre heures et demie, nous ren­con­trons quelque­fois des goss­es de notre âge. Nous avons eu droit à quelques : “Parisiens, têtes de chien, Parig­ots, têtes de veau”, mais aux alen­tours de dix ans, la pos­ses­sion d’un bal­lon arrange bien des choses. (Joseph Jof­fo, Un sac de billes, 1973)

Tchi (que)
  1. Rien du tout. Du romani tchî, rien (Esnault, 1952).

    Seule­ment, ces bagatelles pro­to­co­laires mis­es à part, ques­tions gre­luches, y avait que t’chi, pas la queue d’une. (Albert Simonin, Une balle dans le canon, 1958)

Sources : Le Petit Robert, Paul Robert (réédi­tion sous la direc­tion de Josette Rey-Debove et Alain Rey, Le Robert, 2009).
Grand dic­tio­n­naire Argot et français pop­u­laire, Jean-Paul Col­in (Larousse, 2006).
Le Lan­gage pop­u­laire, Hen­ri Bauche (Pay­ot, 1920).
La Méth­ode à Mimille, Alphonse Boudard et Luc Éti­enne (La Jeune Par­que, 1970).
Dic­tio­n­naire his­torique des argots français, Gas­ton Esnault (Larousse, 1965).


Auteur : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...