L’ortie, plante hallucinogène ?

L’ortie fait par­tie de la famille des urticales, laque­lle compte env­i­ron 2200 var­iétés, classées en sous familles : les urticacées (les orties par exem­ple), les ceropi­acées (grands arbres tel que le Musan­ga), les cannabi­nacées (chan­vres — cannabis), les ulmacées (arbres tel que l’orme) et les moracées (muri­er, figu­ier).

En sep­tem­bre 2002, le purin d’ortie était frap­pé d’une inter­dic­tion de vente suite à une action du directeur départe­men­tal de la répres­sion des fraudes du Maine-et-Loire.

Ortie

Un des emblèmes de l’agriculture biologique se trou­vait donc com­mer­ciale­ment ban­ni. Un nou­veau pas a été franchi cet été, après qu’un décret du 1er juil­let 2006 stip­ule que “toute pub­lic­ité com­mer­ciale et toute recom­man­da­tion pour les pro­duits défi­nis à l’article L. 253 – 1 [du Code Rur­al] ne peu­vent porter que sur des pro­duits béné­fi­ciant d’une autori­sa­tion de mise sur le marché et sur les con­di­tions d’emploi fixées dans ces autori­sa­tions.”

Ain­si un pro­duit non-homo­logué (tel que le purin d’ortie) ne peut plus faire l’objet de pub­lic­ité, mais l’application de ce décret empêche par ailleurs de fournir, par quelque moyen que ce soit, des recettes de pro­duits naturels non-homo­logués. Ain­si, le sim­ple fait de com­mu­ni­quer publique­ment la recette sécu­laire du purin d’ortie, ou de dire que l’eau chaude est un bon désherbant pour les allées et que de sim­ples feuilles de fougère éloignent les che­nilles des choux peut val­oir une con­damna­tion à 2 ans de prison et 75 000 euros d’amende, à l’auteur.

Aujourd’hui, il est donc désor­mais inter­dit de “faire référence et de trans­met­tre des savoirs et tra­di­tions pop­u­laires sécu­laires, en fait notre héritage à tous.”

Nous devons nous élever con­tre cette mesure aber­rante qui ne prof­ite qu’aux grands semenciers et aux pro­duc­teurs de pro­duits phy­tosan­i­taires.


Auteur : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

1 réflexion sur « L’ortie, plante hallucinogène ? »