L’UMP, c’est “30 millions d’amis”…

Sous le titre Jeux de chiots à l’UMP, Mar­i­anne (12/10/06) nous con­firme que la droite est bien l’amie des bêtes…


Marianne-en-ligne-logo

Dans la guerre d’invectives que mènent les uns et les autres à l’UMP, cette sail­lie de Gérard Longuet, de l’écurie Sarkozy (Le Figaro du 12/10/06) : on n’est jamais si bien trahi que par ses chiens… La haine entre sarkozystes et chi­raquiens n’empêche pas un cer­tain humour.”

Dans un autre reg­istre, celle qui oppose la majorité munic­i­pale char­traine aux “gauchistes” de l’autre bord fait même per­dre toute mesure à Bernadette Jouachim, prési­dente du MPF d’Eure-et-Loir, qui dans “Sa Ville” (en fait Votre Ville n° 53, octo­bre 2006), se lâche : les chiens aboient, la car­a­vane passe…

CQFD - Chien

Gare à la révolte des insultés, tout de même ! “On n’est pas des chiens”, aver­tis­sait déjà dans son arti­cle Jean-Marc Rouil­lan le 15 févri­er dernier (CQFD n° 31, févri­er 2006). Réagis­sant aux con­di­tions de déten­tion dans les pris­ons français­es, et à la néga­tion des droits les plus élé­men­taires des détenus, comme le droit à la parole ou celui d’écrire, ce dernier s’expliquait : “En 1974, nous avions incendié les pris­ons au cri de Nous ne sommes pas des chiens ! Bien­tôt nous nous révolterons tel le héros d’une célèbre série télé des années 60 en hurlant Nous ne sommes pas des numéros !

Sources : Mar­i­anne ; CQFD.


Auteur : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

3 pensées sur “L’UMP, c’est “30 millions d’amis”…”

  1. On com­prend mieux le per­son­nage dès lors qu’il affiche ses sources : Rouil­lan, ce ne serait pas le lâche assas­sin de deux inno­cents (Georges Besse et René Audran ?).

    Alors, pren­dre pour mod­èle et référence les ultra gauchistes d’Action Directe, éclaire d’un jour nou­veau la valeur démoc­ra­tique qui ani­me le ciboulot malade de l’auteur de ces propos.

    Tous comptes faits, je préfère encore m’associer aux valeurs de l’UMP qu’à celles tirées d’une Kalachnikov !

  2. Je com­prends mieux pourquoi je ne vote pas à droite quand je vois la vision étriquée et le peu de nuances dont vous faites preuve. Per­me­t­tez donc Max­tor, au “ciboulot malade de l’auteur de ces pro­pos” de vous livr­er ces quelques élé­ments de réflexion :

    Jean-Marc Rouil­lan était leader du groupe ter­ror­iste Action Directe, losque celui-ci a revendiqué les meurtres du général Audran, le 25 jan­vi­er 1985, et celui du PDG de Renault, Georges Besse, le 17 novem­bre 1986. Pour ces actes, J.-M. Rouil­lan a été con­damné à la prison à per­pé­tu­ité, assor­tie d’une peine de sûreté de dix-huit ans.

    Sans pour autant excuser son geste ou nier les faits, il est tout de même pos­si­ble de con­sid­ér­er ses écrits pour ce qu’ils sont : une vision de l’univers car­céral et des con­di­tions de déten­tion des pris­on­niers con­damnés à de longues peines.

    Au demeu­rant, cet indi­vidu n’est pas le sujet prin­ci­pal de ce bil­let, et je ne le prends per­son­nelle­ment, ni pour mod­èle ni pour référence… Il n’est que ses pro­pos qui ser­vent à illus­tr­er le sen­ti­ment que l’on peut avoir face à la manière dont vous traitez vos adver­saires poli­tiques : “On n’est pas des chiens…”