Mal de Gorges ? Pillule Vallet & pastille Farion, dragée Brétillard, suppo Chevée, placebo Delille, sérum Chartres Commune

Allez, plus que huit jours et déjà cer­tains arrêteront de nous gon­fler… À Chartres surtout, qui vit une péri­ode de cam­pagne élec­torale per­ma­nente depuis la prési­den­tielle de mai 2007, suiv­ie de la réélec­tion de justesse puis de la des­ti­tu­tion de jus­tice de Jean-Pierre Gorges.

Le maire en sur­sis et mau­vais joueur, qui a pris, “de plein fou­et”, “l’effondrement de [la] cote” prési­den­tielle, s’est vu désign­er par Raf­farin “pre­mière vic­time du rap­port Attali”. Pas vrai­ment le genre de récom­pense atten­du. Décon­fit lors de la lég­isla­tive par­tielle découlant de la déci­sion du Con­seil con­sti­tu­tion­nel, il veut sa revanche et la bave aux lèvres, s’en va dépos­er, lui aus­si, un recours après le recours tout en n’oubliant pas, lui aus­si, de se présen­ter à la munic­i­pale… En face effec­tive­ment, celle qui lui a oppor­tuné­ment ravi le fau­teuil de député se croit main­tenant investie d’une mis­sion human­i­taire, forte de qua­si-pou­voirs divins qui ferait d’elle la Ségolène du Beauceron, la Sainte Françoise qui telle Jeanne d’Arc, jadis et en d’autres lieux, bou­ta l’ennemi hors les enceintes de la cité.

À ce titre, il suf­fit de lire le por­trait que fait d’elle l’hebdo des social­istes pour com­pren­dre qu’elle a déjà la grosse tête, même si elle s’en défend. La pre­mière ligne fait déjà sourire lorsqu’on lit “force de con­vic­tion”. On me dira que tout est dans la for­mu­la­tion et que force de con­vic­tion ne veut pas dire avoir des con­vic­tions, mais franche­ment, par­le-t-on de la même ? Vic­time con­sen­tante d’une récupéra­tion poli­tique de sa vic­toire, Françoise Val­let invoque dès le lende­main “la dis­ci­pline de par­ti” pour renier sa pro­pre parole devant les électeurs, oubliant un peu vite — et avec quel mépris ! — que ceux-ci ne sont pas tous social­istes ; car si elle a été élue, c’est par des gens de gauche, du cen­tre et de droite, et net­te­ment plus par rejet de Gorges que par adhé­sion à sa per­son­ne. Et l’élection munic­i­pale est là pour le lui rap­pel­er.

Con­tre le mal de Gorges, le choix de la médi­ca­tion !

Dans cette élec­tion juste­ment, ceux qui n’ont pas digéré la pil­lule Val­let pro­posent d’autres médi­ca­tions, comme autant de remèdes con­tre le mal de Gorges. Ain­si, de la même fac­ture mais pas du même labo, la pastille Far­i­on vous promet un pro­gramme social­iste sans éti­quette mais peut-être pas sans saveur, pre­scrit sur ordon­nance. Ceux qui ont du mal avec les gouttes dans le nez peu­vent tou­jours se four­rer un sup­pos­i­toire Chevée là où ça fait du bien en espérant que ça passe, ou avaler une dragée Brétil­lard, sorte de vac­cin non rem­boursé mais rad­i­cal con­tre le mal de Gorges. Atten­tion à ne pas dépass­er la dose pre­scrite.

Enfin, les adeptes de l’homéopathie et de la médecine douce se tourneront davan­tage vers le place­bo Delile, sachant que celui-ci n’est pas plus effi­cace en deux­ième semaine qu’en pre­mière… Mais le meilleur remède con­tre le mal de Gorges, celui que votre coléop­tère préféré a choisi pour se débar­rass­er défini­tive­ment de cette vilaine grippe, c’est sans aucun doute le sérum de Chartres Com­mune, sorte de mix­ture com­posée de divers ingré­di­ents aux principes haute­ment act­ifs et biodégrad­ables… Un con­cen­tré d’énergies avec des zestes citoyens pour être en forme toute l’année !

Bon, je retourne pren­dre ma dose et ma piquouse de rap­pel


Auteur : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.