No comprendo ?

Cather­ine Ringer et Frédéric Chichin tombent amoureux au cours de l’année 1979. Ils font quelques con­certs avec la danseuse argen­tine Mar­cia Moret­to, qui décèdera des suites d’un can­cer. Le duo se pro­duit sur divers­es scènes comme l’Usine Pali-Kao, lieu alter­natif unique à Belleville, avec quelques repris­es (David Bowie, The Vel­vet Under­ground…) et leurs pre­mières com­po­si­tions orig­i­nales. Leur look est comme leur musique, orig­i­nal et décalé (anoraks flu­os ou sacs en plas­tique “Félix Potin”) et attire l’attention.

À not­er que le nom de Rita Mit­souko est choisi pour rap­pel­er leurs références musi­cales extrême­ment var­iées : Rita se rap­porte à la musique sud-améri­caine, et Mit­souko est un mot japon­ais sig­nifi­ant “mys­tère” (et un par­fum de Guer­lain).

Arrivent enfin quelques sin­gles, chez Vir­gin, suiv­is de l’album Rita Mit­souko dont sera extrait le tube de l’année 1985 : Mar­cia Baila (en hom­mage à Mar­cia Moret­to). C’est le début du suc­cès pub­lic, les tubes s’enchaînent : C’est comme ça, Andy, Les his­toires d’A. Jean-Bap­tiste Mondi­no réalise leurs clips, Jean-Luc Godard réalise le film Soigne ta droite (1987) autour de l’enregistrement de l’album The no com­pren­do. Le groupe est à son som­met.

Le duo garde depuis 25 ans, sur disque comme sur scène, l’image d’un cou­ple créatif et énergique, d’une grande orig­i­nal­ité, qui ne se prend pas au sérieux et qui explore tous les courants musi­caux, s’intéressant tour à tour au punk, au hip hop ou au jazz qu’ils réin­ven­tent sans com­plex­es.

En août 2006, Cather­ine Ringer annonce sur France Inter que le groupe a enreg­istré une chan­son avec Serj Tankian, chanteur de Sys­tem Of A Down. Ce dernier aurait posé pour con­di­tion qu’il n’en soit pas fait un sin­gle.

En sep­tem­bre 2006 ils par­ticipent à la créa­tion du spec­ta­cle Les Noces de l’Enfant Roi, créa­tion de Alfre­do Arias présen­tée à Ver­sailles dans le cadre du fes­ti­val Fêtes de nuit de Ver­sailles.

Mar­cia, elle danse sur du satin, de la ray­onne
Du poly­stirène expan­sée à ses pieds
Mar­cia danse avec des jambes
Aigu­isées comme des couperets
Deux flêch­es qui don­nent des idées
Des sen­sa­tions
Mar­cia, elle est mai­gre
Belle en scène, belle comme à la ville
La voir danser me trans­forme en excité

Moret­to
Comme ta bouche est immense
Quand tu souris et quand tu ris
Je ris aus­si, tu aimes telle­ment la vie
Quel est donc ce froid que l’on sent en toi ?

Mais c’est la mort qui t’a assas­s­inée, Mar­cia
C’est la mort qui t’a con­sumée, Mar­cia
C“est le can­cer que tu as pris sous ton bras
Main­tenant, tu es en cen­dres, cen­dres
La mort, c’est comme une chose impos­si­ble
Et même à toi qui est forte comme une fusée
Et même à toi, qui est la vie même, Mar­cia
C’est la mort qui t’a emmenée

Mar­cia danse un peu chi­nois
La chaleur
Dans les mou­ve­ments d’épaules
A plat
Comme un hiéro­glyphe inca
De l’opéra

Avec la tête
Elle danse aus­si très bien
Et son vis­age
Danse avec tout le reste
Elle a cher­ché
Une nou­velle façon
Et l’a inven­tée.

C’est elle, la sauterelle
La sirène en mal d’amour
Le danseur dans la flanelle
Ou le car­ton.

Moret­to
Comme ta bouche est immense
Et quand tu souris et quand tu ris
Je ris aus­si, tu aimes telle­ment la vie
Quel est donc ce froid
Que l’on sent en toi ?

Mais c’est la mort
Qui t’a assas­s­inée, Mar­cia
C’est la mort
Tu t’es con­sumée, Mar­cia
C’est le can­cer
Que tu as pris sous ton bras
Main­tenant
Tu es en cen­dres, en cen­dres
La mort
C’est comme une chose impos­si­ble
Pour toi
Qui est la vie même, Mar­cia
Et même à toi
Qui est forte comme une fusée
C’est la mort
Qui t’a emmenée
Mar­cia…

Source : Mar­cia Baila, Les Rita Mit­souko, Rita Mit­souko (1985)


Auteur : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.