Parce qu’à Lucé, on est pas tous figés…

Après cinq ans d’une ges­tion calami­teuse, incar­née par Mor­land le grand délin­quant en col blanc, l’équipe munic­i­pale actuelle (peu dif­férente de la précé­dente, il faut l’avouer) en est réduite à gér­er le tout-venant.

Rien d’étonnant pour des bâtis­seurs me direz-vous…

Mairie de Lucé

Mais juste­ment, que dites-vous, sur les cen­tres soci­aux, la vie dans les quartiers, la poli­tique cul­turelle ou sportive, les grands chantiers de réno­va­tion urbaine ?

Quelles solu­tions envis­agez-vous pour résoudre les prob­lèmes ou amélior­er les sit­u­a­tions que vous ren­con­trez au quo­ti­di­en dans votre ville ?


Auteur : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

1 pensée sur “Parce qu’à Lucé, on est pas tous figés…”

  1. Si d’aventure un lucéen pas­sait par cette page à l’approche des élec­tions munic­i­pales de mars 2008, qu’il n’hésite pas à nous faire part de ses réflex­ions sur sa ville…

    Pour chauf­fer l’ambiance, j’y vais de ma petite pierre :

    - Rem­plac­er toutes les ampoules à fil­a­ment de tous les ser­vices com­mu­naux (écoles pri­maires com­pris­es) par des lam­pes à économie d’énergie (ou fluocompactes).