Petites citations entre amis

"À Paris, les propriétaires trouvent normal de louer un 15 m² pour les trois quarts d'un SMIC. Sans piston, il est quasiment impossible de trouver un logement dans une grande ville à un prix décent." Leïla Chaïbi, Collectif jeudi noir.

"Les Français ont de plus en plus tendance à se considérer comme des consommateurs et non plus comme des citoyens. Cela veut dire qu'ils accordent plus d'importance à leurs intérêts personnels qu'à l'intérêt général ou aux valeurs morales." Robert Rochefort, sociologue. Dernier ouvrage paru : "Le Bon Consommateur et le mauvais citoyen" (Odile Jacob, 2007).

"Les gens se foutent de l'indépendance de la presse ! Aux yeux de certains, l'intégrité n'est qu'une forme déguisée d'égoïsme..." Bernard*, critique musical pour plusieurs magazines.

"Au gala annuel de l'Edhec, les anciens élèves sont invité à nous raconter comment ils ont réussi à se faire pote avec un grand patron, et nous sommes censés être béats d'admiration. Le nec plus ultra, c'est d'être un fils de prolo qui, grâce à son bagou, a réussi à copiner avec des mecs hauts placés." Julien, 24 ans, étudiant à l'Edhec.

"Le piston, c'est souvent un fantasme de sous-prolétaire. Le peuple croit que l'on obtient tout par protection. En réalité les pistons des petits sont limités. Le piston, c'est surtout l'entente entre les puissants : c'est leur manière de se reproduire et de préserver le pouvoir." Pierre Bourdieu, in "La France du Piston" de Claude Askolovitch et Sylvain Attal (Robert Laffont, 1992).

"Jusqu'aux années 60, quand on voulait obtenir quelque chose on se tournait vers l'État. Aujourd'hui on se tourne vers ses semblables. Chaque personne est plurielle et rien ne lui interdit de jouer sur plusieurs tableaux pour parvenir à ses fins." Michel Maffesoli, sociologue, in "Le Temps des Tribus" (La Table Ronde, 2000)

"Pour que je cède mes deux places en tribune présidentielle pour le premier match [de la coupe du monde de rugby, ndlr], personne ne m'a proposé d'argent. En revanche on m'a offert de figurer en couverture d'un magazine, d'avoir le premier rôle dans une grosse production, de prendre mon fils en stage, de faire inscrire ma fille à Henri IV, de me prêter une maison à l'Ile Maurice, et même de me délivrer le permis de construire qu'on m'a toujours refusé." Célèbre acteur français qui tient à rester anonyme...

Extraits de La France du piston et des passe-droits, par Anna Topaloff, David Kleczewski et Laurent Reyes, in Marianne n° 544 du 22 au 28 septembre 2007.
* Le prénom a été changé.


Auteur : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...