Retour en résistance…

Le nom de « Wal­ter » et le mot « résis­tance », Gilles Per­ret les a tou­jours asso­ciés. Avant même de savoir ce que cela sig­nifi­ait, Gilles savait que son voisin Wal­ter avait été déporté dans un camp de con­cen­tra­tion du nom de Dachau…

Aujourd’hui Wal­ter Bas­san a 82 ans. Il vit avec sa femme en Haute-savoie, et mène une vie pour le moins active. D’écoles en man­i­fes­ta­tions, de dis­cours engagés en témoignages de la guerre, Wal­ter con­tin­ue son long com­bat, fait de petites batailles, con­tre toutes les formes de dém­a­go­gies, d’injustices et d’oppressions. De même que lorsqu’il avait 18 ans, et qu’il « jouait » comme il dit, à dis­tribuer des tracts anti-fas­cistes dans les rues com­merçantes d’Annecy alors occupée, Wal­ter agit en écoutant son cœur. « Je n’ai pas changé », comme il se plait à rap­pel­er.

Partageant ces mêmes « raisons du cœur », Gilles Per­ret réalise ici un por­trait vivant de cet homme calme et insurgé. Nous sommes invités à les suiv­re en pas­sant du Plateau des Glières à Dachau, à faire des retours en arrière pour mieux com­pren­dre l’Histoire, à partager leurs inquié­tudes face à un monde où l’inégalité et l’injustice gag­nent sans cesse du ter­rain, à pos­er les ques­tions qui fâchent…

Sans pré­ten­tion, et avec la même sim­plic­ité et con­stance que Wal­ter, ce doc­u­men­taire révèle l’actualité, l’importance, et la néces­sité, d’une résis­tance au quo­ti­di­en.

N’en déplaise à Bernard Accoy­er, prési­dent de l’Assemblée Nationale, qui met en garde le réal­isa­teur con­tre toutes ten­ta­tives d’amalgames…

À lire égale­ment dans Mar­i­anne : « Wal­ter, retour en résis­tance » : Le film que l’UMP n’a pas aimé…
Source : Wal­ter, retour en résis­tance…


Auteur : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.