Samba à Interlagos…

21 octo­bre 2007, le cal­en­dri­er de la F1 affiche à cette date la finale du cham­pi­onnat au Brésil. L’autodrome Jose Car­los Pace que nous appelons surtout le cir­cuit d’Interlagos arbi­tr­era l’ultime match pour le trophée de l’année. Qui sera cham­pi­on du monde des pilotes 2007 ?

Autodromo Jose Carlos Pace
Auto­drome Jose Car­los Pace

Cer­tains vous diront que Lewis Hamil­ton est trop jeune pour être sacré et qu’il cèdera à la pres­sion de son plus féroce adver­saire, Fer­nan­do Alon­so. L’Espagnol reste sur deux titres con­sé­cu­tifs, le troisième est-il à sa portée ?

Ne dit-on pas « jamais deux sans trois » dans la langue de Rabelais ? Prob­a­ble­ment, mais le seul proverbe que nous voudri­ons retenir ce week­end est celui-ci : « Qu’importe le fla­con, pourvu qu’il y ait l’ivresse ! ».

Messieurs, vous voici au pays de la fête, du foot­ball et du Dieu Sen­na : offrez le plus beau des spec­ta­cles au pub­lic pauliste grand con­nais­seur de sport auto­mo­bile. L’accueil sera chaleureux en accord avec les cou­tumes du peu­ple de Lula. Inter­la­gos n’est pas un cir­cuit des plus intéres­sants : il est rus­tique, la sécu­rité y est dis­cutable, les pilotes tour­nent dans le sens inverse des aigu­illes d’une mon­tre et pour finir c’est une piste extrême­ment bosselée.

L’ambiance y est, sans aucun doute, plus appré­cia­ble que l’autodrome en lui-même mais ce ren­dez-vous reste un incon­tourn­able de la sai­son. À l’issue du grand prix, cham­pagne et dans­es brésili­ennes atten­dront le petit monde de la F1. Tous célèbreront le début des vacances et la fin d’une année par­ti­c­ulière­ment mouvementée.

Le héros 2007 pour São Paulo ne sera peut-être pas le nou­veau roi mais l’exceptionnel Felipe Mas­sa qui a démon­tré tout son tal­ent lors des dix-sept épreuves du cham­pi­onnat. Bra­vo Felipe, qui, sans l’effet de la malchance, aurait pu pré­ten­dre au trône.

En tant que pas­sion­né de F1, le pub­lic sud-améri­cain soulign­era la jolie pro­gres­sion de Nico Ros­berg, de Heik­ki Kovalainen dès la mi-sai­son et le par­cours tumultueux de ce pau­vre Fer­nan­do Alon­so. Délais­sé par son équipe, mal­mené par son parte­naire Lewis Hamil­ton et cri­tiqué par Niki Lau­da, l’Espagnol se devait de réa­gir. Le « Con­quis­ta­dor » est revenu pour assur­er à sa cour que le roy­aume serait tou­jours en sa pos­ses­sion à l’arrivée du 21 octobre…

Quoiqu’il en soit, nous espérons que la bataille sera intense et les rebondisse­ments dignes de l’édition 2006 ! Lais­sons à présent les princes de l’asphalte repren­dre les com­man­des et livr­er une course de toute beauté.

Silene e placê auê sapecação !…

Légende pho­to : Auto­dro­mo Jose Car­los Pace, main straight and con­t­role tow­er, par Morio (20 Mai 2006, São Paulo, Brésil)