Sarkoshow : le “rendez-vous des fayots” et des maladroits !

Face à plus de 600 journalistes, le Président a fait du petit bois avec les médias, sans rencontrer de difficulté majeure. La conférence de presse format grand-messe de ce mardi 8 janvier a réuni plus de 600 journalistes (Champagne !), selon l'Élysée. Parterre de caméras dans la cour du Palais, estrade bondée de photographes face à la tribune, confrères serrés sous les lambris, trop nombreux pour les chaises mises à leur disposition.

Les stars de la profession ont fait le déplacement, de Serge Moati à Guy Carlier, de Paul Amar à Paul Nahon, en passant par Françoise Laborde. Les patrons de presse aussi : Robert Namias, directeur général adjoint en charge de l'information de TF1, Nicolas Beytout, nouveau directeur des Échos, Laurent Joffrin, directeur de Libération, Valérie Lecasble, directrice de I-télé, Bruno Frappat, président du directoire de La Croix, entre autres... Dès la fin de son discours d'introduction consacré à la déclinaison de son nouveau concept, la fameuse « politique de civilisation » qu'il a, paraît-il, peaufiné la veille en rencontrant Edgar Morin, Nicolas Sarkozy ironise : « Je me rends compte que je ne vous ai pas présenté de vœux, mais je vous vois si heureux ! » Une petite vanne en direction d'un secteur en crise pour commencer, le ton est donné. Face à un Sarkozy en grande forme, il eût fallu, au moins, une bonne dose de solidarité journalistique. On la cherche encore.

France 24, le JDD, BFM...

« On n'organise rien du tout », lance le Président pour donner le coup d'envoi. De fait, c'est inutile : le micro ne circulera que parmi les journalistes assis face à la tribune, sans jamais s'égarer entre les mains de ceux qui n'auraient pas suivi Nicolas Sarkozy ou ne seraient pas connus de lui. Les hostilités s'ouvrent sans attendre. À Roselyne Febvre de France 24, il rappelle qui est le patron : « votre vie politique a commencé il y a huit mois, avec moi », lâche-t-il, énigmatique. Comme elle l'interroge sur son possible remariage, il fait savoir qu'en tout cas « ce n'est pas le JDD qui en fixera la date ». La flagornerie ne paie plus, les journalistes ont beau décliner les vœux de bonne année au Président, aucun média n'est épargné. Si vous ne voulez pas que j'affiche ma vie privée, explique-t-il en substance à une journaliste de BFM qui critique son « style », « vous n'enverrez plus de reporters de BFM TV pour me suivre partout ».

...Les Échos, Libé, Joffrin et les éditorialistes...

Pendant plus d'une heure, tous les titres en prennent pour leur grade, sans que leurs représentants ne puissent répliquer : il n'y a pas de droit de suite dans les conférences de presse présidentielles, et sur ce point, Nicolas Sarkozy n'a pas changé le protocole. L'adjectif « ridicule » s'abat sur les gratte-papier une bonne dizaine de fois. Le Président tacle, par exemple, les « grandes déclarations un peu ridicules sur la propriété des journaux », visant incidemment la rédaction des Échos qui s'est opposée à son rachat par Bernard Arnault. Quant à Laurent Joffrin, après avoir essuyé un « vous n'avez trouvé que ça ? » pour qualifier sa question, il se voit rappeler les difficultés économiques de Libération : « Vous devez savoir ce que c'est que la difficulté de trouver un lectorat. » Un peu plus tard, interrogé sur la crise des subprimes, le Président ajoute : « si j'étais inquiet, je ne ferais pas Président de la République, ce n'est pas un métier pour inquiets. J'en connais de plus calmes, comme éditorialiste. »

...LCI, France 3, Europe 1, et encore Joffrin

Non content de renvoyer les journalistes dans les cordes, l'interrogé botte systématiquement en touche. « Ce n'était pas tout à fait votre question mais c'est tout à fait ma réponse », assène-t-il à Anita Hausser, de LCI. A une journaliste de France 3 qui se dit choquée par l'expression « discrimination positive », il répond que le vocabulaire n'a pas d'importance. Quelques minutes plus tard, à Laurent Joffrin qui l'accuse de transformer la République en une « monarchie élective », il fait remarquer, à l'inverse, que « les mots ont un sens » et que cette expression ne veut rien dire. Quand, enfin !, un journaliste d'Europe 1 demande précisément si les 35 heures seront supprimées en 2008, la réponse est laconique : « Oui », sans aucun développement. Curieux, surtout de la part de quelqu'un qui vient de mettre en avant le paiement des heures supplémentaires comme solution à la crise du pouvoir d'achat. Sur quelle base seront réalisées les heures dites « supplémentaires » si la durée légale du travail change ? Mystère. On n'en saura pas plus, puisqu'aucune des questions laissées sans réponse ne sera jamais reposée. C'est la règle du chacun pour soi. Les rires fusent même pour accompagner les boutades du Président, y compris lorsqu'elles se font aux dépens d'un collègue. Laurent Joffrin - encore lui - n'est pas le seul à en avoir fait les frais.

Un cocktail attend la foule des « journalistes de base » après deux heures de laminage. Le bilan n'est pas brillant. Beaucoup se disent déçus, insatisfaits. Les questions, trop générales et dispersées, sur la crise de la presse, la crise économique mondiale, l'enthousiasme des Français ou la « faillite de l'État», ont permis à l'interviewé de rester très flou. Les rares critiques étaient si éditorialisantes qu'elles n'ont pas contraint le Président à s'expliquer sur les problèmes précis que soulève sa politique. Vindicatif, un journaliste du Canard Enchaîné s'exclame carrément que c'est « le rendez-vous des fayots ! » (en un langage plus imagé, que la décence nous interdit de reproduire ici). A la fin du show, dans la cour de l'Élysée, la télé interviewe les journalistes pour recueillir leurs impressions. On se tend mutuellement le micro, dans une mise en abîme qui laisse perplexe. Après une telle dérouillée, le miroir n'est pourtant pas des plus flatteurs.


* Question de Laurent Joffrin sur la monarchie élective

* Question sur la vie privée du président de la République

- Voir cet article sur son site d'origine
- Auteur : A. Borrel, Marianne2.fr
- Source : Respublica n°574, vendredi 11 janvier 2008


Auteur : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

3 pensées sur “Sarkoshow : le “rendez-vous des fayots” et des maladroits !”

  1. Euh… il y a encore des jour­nal­istes indépen­dants en France ?

    Ah atten­dez… un mes­sage par oreil­lette adn wi-fi made in dictature… 

    Je reprends donc sur un sujet de fond très intéressant :
    ” Car­la et Nico­las, c’est pour quand ?”

  2. Et Valérie LECASBLE, ne serait-ce pas l’épouse de M. Airy ROUTIER, l’auteur du minable papi­er sur le SMS Sarkozien sur le site nouvelobs.com (dont l’objectif con­sis­tait à vic­timiser le chef de l’UMP) ?

    Elle n’est autre que la Direc­trice Générale de i télé et de l’info sur Canal+, chaîne qui a été la pre­mière à “exploiter” cette info et à la propager !

    Comme quoi, tout peut se régler “en famille” !!!