Le Manifeste des évidences (26)

Six ans déjà, depuis le dernier bil­let de cette série con­sacrée à l’entreprise ! Et c’est peu de dire que l’eau a coulé sous les ponts. Un arti­cle ne suf­fi­ra donc pas pour vous racon­ter com­ment j’ai dévelop­pé mon cab­i­net d’écrivain pub­lic. De plus, je suis loin d’avoir la force de frappe d’une agence de com­mu­ni­ca­tion et ne suis pas un expert des rela­tions publiques. Mon truc, c’est d’être invis­i­ble… D’ailleurs, moins on me voit, et plus mon tra­vail est de qual­ité.

Con­tin­uer la lec­ture de « Le Man­i­feste des évi­dences (26) »

Le Manifeste des évidences (24)

Je serais bien en peine, depuis que j’écris, de savoir ce qui retient celles et ceux qui me lisent. Ce qui intéresse les uns dérange les autres, et se posi­tion­ner attire sou­vent autant amis qu’ennemis. Cela devient une gageure lorsqu’il s’agit d’intéresser l’un avec les mots de l’autre et c’est dans ce posi­tion­nement, sur une ligne médi­ane, que pour­rait se trou­ver la clé et toute la dif­fi­culté.

Con­tin­uer la lec­ture de « Le Man­i­feste des évi­dences (24) »

Le Manifeste des évidences (23)

Un « pro » est avant tout un être vivant, fait de chair et de sang, de pas­sions et de haines. C’est ain­si que va la nature humaine. Mais dans la jun­gle com­mer­ciale, le pro est un ani­mal à l’affût, en quête de proies nom­mées cœurs de cible, sur un ter­ri­toire idéal appelé zone de cha­lan­dise et qu’il con­sid­ère comme sa chas­se gardée. Pour voir avant la vir­gule s’accumuler les zéros, sou­vent le pro mon­tre les crocs…

Con­tin­uer la lec­ture de « Le Man­i­feste des évi­dences (23) »

150000 visiteurs et un grade de licence plus tard, Lafontanelle et ses fabulations vers de nouveaux objectifs…

Tôt ce matin, les Fab­u­la­tions de Lafontanelle ont dépassé les 150000 vis­i­teurs, mal­gré une inter­rup­tion tem­po­raire des pro­grammes de près de deux mois.

Con­tin­uer la lec­ture de « 150000 vis­i­teurs et un grade de licence plus tard, Lafontanelle et ses fab­u­la­tions vers de nou­veaux objec­tifs… »