Le coléoptère privé de nourriture peut-il survivre ?

J’avoue, l’envie de tout effac­er m’a tra­ver­sé l’esprit ; à quoi bon écrire s’il y a plus de détracteurs que de lecteurs ? À qui écrire par ailleurs dans ce lot d’automates médis­ants ? Alors reclus, j’ai lu ; encore et encore, des pages et des pages… Quelques mois durant, j’ai avalé les arti­cles de mon heb­do­madaire favori comme un boulim­ique le ferait d’une table gar­nie de religieuses et de divor­cés…

Con­tin­uer la lec­ture de « Le coléop­tère privé de nour­ri­t­ure peut-il sur­vivre ? »

Le Manifeste des évidences (20)

J’ai la pré­ten­tion de croire mon activ­ité utile à la société et répon­dant à cer­tains de ses besoins. Certes pas ses plus futiles ou plus voy­ants, mais ses besoins tout de même. Cepen­dant, à voir la résis­tance qui s’oppose à moi, j’en suis surtout à me deman­der : mais ai-je vrai­ment besoin de la société ?

Con­tin­uer la lec­ture de « Le Man­i­feste des évi­dences (20) »

Le Manifeste des évidences (19)

Je serai écrivain, ou rien ! Si les fonc­tion­naires et/​ou les pisse-copies que j’ai ren­con­trés jusqu’aujourd’hui me lisent, il faut que ce soit bien clair pour eux : je me fous de leurs men­aces à peine voilées, de leurs rodomon­tades et de leurs ges­tic­u­la­tions. Les procé­dures abu­sives qui sor­tent de leur esprit étriqué comme on sort un lapin d’un cha­peau ne m’illusionnent plus.

Con­tin­uer la lec­ture de « Le Man­i­feste des évi­dences (19) »

Le Manifeste des évidences (18)

Vouloir faire quelque chose de neuf avec de vieux sché­mas, c’est rénover plutôt qu’innover… Ne pas ten­ter pour ne pas per­dre, c’est se refuser à avancer. Mais s’entêter dans la con­créti­sa­tion de ses idées, même sans réseau et con­tre vents et marées, est moins un défaut qu’une qual­ité.

Con­tin­uer la lec­ture de « Le Man­i­feste des évi­dences (18) »

Le Manifeste des évidences (17)

On croit savoir mais plus on sait, moins on sait. Évidem­ment, on prévoit, on révise, on rature, on con­sulte. On pense trou­ver des pro­fes­sion­nels, on ne voit sur les marchés que tech­ni­ciens et com­merçants. Avant tout, on cherche un con­seil avisé, mais on ne par­ticipe en fait qu’à une dis­cus­sion ori­en­tée.

Con­tin­uer la lec­ture de « Le Man­i­feste des évi­dences (17) »

Le Manifeste des évidences (16)

On croit savoir, avec le Net, la télé, les jour­naux, les prospec­tus et les pla­que­ttes, être infor­mé, d’où et com­ment ça se passe, com­ment ça va se pass­er… On croit savoir mais plus on sait, moins on sait. Plus on en sait et plus on doute de tout savoir. Est-ce à dire, je doute donc je sais ? Tout est préjugé et pré­texte à remise en ques­tion.

Con­tin­uer la lec­ture de « Le Man­i­feste des évi­dences (16) »

Le Manifeste des évidences (15)

J’actualise mon plan de finance­ment et mon plan d’affaires le 12 mars prochain, vers Bailleau-L’Êvèque. Demain, je suis à Nogent-le-Rotrou pour ren­con­tr­er un con­seiller de la bou­tique de ges­tion d’Eure-et-Loir. Ce matin même, his­toire de faire con­nais­sance avec mes futurs inter­locu­teurs, je ren­con­trais par ailleurs l’assistante sociale du secteur de Mainvil­liers, à qui j’apprenais l’existence d’une for­ma­tion à la créa­tion d’entreprise, à la Cham­bre de com­merce et d’industrie (CCI) d’Eure-et-Loir…

Con­tin­uer la lec­ture de « Le Man­i­feste des évi­dences (15) »