Les Nouvelles Vénitiennes (15) : Piccolo Travelo

Trav­elo, ce n’est déjà pas rigo­lo en soi. On est en butte à toutes les moqueries, à tous les lazzi, à toutes les haines refoulées. Mais trav­elo à Venise, c’est pire que tout. La ville des masques et du Car­naval, pour un trav­es­ti, c’est le lieu mau­dit, celui où tout est per­mis, où tout le monde se prend pour une drag queen, où la con­cur­rence est finale­ment telle que tout le monde fait le trot­toir.

Con­tin­uer la lec­ture de « Les Nou­velles Véni­ti­ennes (15) : Pic­co­lo Trav­elo »

Les Nouvelles Vénitiennes (12) : Calle larga dei Proverbi (Rue longue des Proverbes)

À SS. Apos­toli, la Calle Larga dei Prover­bi tire son orig­ine de deux inscrip­tions latines gravées sur les bal­cons d’une mai­son aujourd’hui dis­parue : « Par­le de toi, avant de par­ler de moi » et « Quand on sème des épines, on ne marche pas pieds nus ». Qui avait fait inscrire ces curieux adages, l’Histoire ne le dit pas ou du moins n’a pas retenu son nom.

Con­tin­uer la lec­ture de « Les Nou­velles Véni­ti­ennes (12) : Calle larga dei Prover­bi (Rue longue des Proverbes) »

Les Nouvelles Vénitiennes (11) : Les aléas della aventura…

La famille Franchet­ti est fort hon­or­able­ment con­nue des Véni­tiens, notam­ment parce que le baron Gior­gio restau­ra à grands frais puis fit don à l’État, mobili­er com­pris, de la Ca’ d’Oro, somptueux palais du XVe siè­cle qui domine le Grand Canal. Ses mar­bres poly­chromes de la façade furent un temps enrichis de dorures et l’ensemble dégage un charme ori­en­tal des plus raf­finés.

Con­tin­uer la lec­ture de « Les Nou­velles Véni­ti­ennes (11) : Les aléas del­la aven­tu­ra… »

Les Nouvelles Vénitiennes (10) : Hauts les masques !

La tra­di­tion du Car­naval de Venise, au mois de févri­er, n’est dev­enue qu’une opéra­tion com­mer­cia­lo-touris­tique, un rien vul­gaire-chic. L’idée de se cos­tumer et de se déguis­er en prenant la pause Plaz­za San Mar­co avec un zeste de brouil­lard, voire avec de la neige si vous avez un peu de chance, est certes pass­able­ment pho­togénique. Elle per­met par ailleurs d’entamer la sai­son touris­tique à un moment de creux pour les autres cités européennes con­cur­rentes de renom comme Paris, Vienne, Prague ou Lon­dres.

Con­tin­uer la lec­ture de « Les Nou­velles Véni­ti­ennes (10) : Hauts les masques ! »

Les Nouvelles Vénitiennes (3) : La Sérénissime

Je ne sais plus trop pourquoi on surnomme Venise « la Sérénis­sime ». Peut-être cette appel­la­tion est-elle ironique, en tous cas en rien jus­ti­fiée.

Con­tin­uer la lec­ture de « Les Nou­velles Véni­ti­ennes (3) : La Sérénis­sime »

Les Nouvelles Vénitiennes (2) : « Ciao Bella ! »

« Ciao Bel­la ! » c’est le sobre adieu d’un amant à sa belle tan­dis que celle-ci dis­parais­sait lente­ment dans les eaux saumâtres d’un anonyme canal véni­tien. Détail piquant. la belle avait lit­térale­ment la tête fra­cassée en deux par le milieu par un fer­ro, cet emblème de la gon­do­le, ce peigne argen­té aux six dents représen­tant les six quartiers de la Sérénis­sime.

Con­tin­uer la lec­ture de « Les Nou­velles Véni­ti­ennes (2) : « Ciao Bel­la ! » »