Les Nouvelles Vénitiennes (16) : Blondes

J’aime à répéter : « Je n’accorde qu’une impor­tance rel­a­tive à la beauté physique des femmes. Ce qui importe, c’est juste qu’elles aient un corps de rêve. Après tout, on ne leur demande pas grand chose ». Cette cita­tion est extraite de Pen­sées pro­fondes et autres, dont je suis égale­ment l’auteur.

Con­tin­uer la lec­ture de « Les Nou­velles Véni­ti­ennes (16) : Blondes »

Les Nouvelles Vénitiennes (14) : Il n’y a pas que la vérité à sortir du puits

Les puits à Venise, il n’y en a pas à tous les coins de rue mais qua­si­ment dans chaque cour, dans chaque corte. Dès le XIIe siè­cle, la Scuela dei Mureri for­mait les puisatiers qui se trans­met­taient jalouse­ment de père en fils les secrets des tech­niques de con­struc­tion. Ces puits avaient à la fois une fonc­tion de citerne et de fil­tre pour épur­er les eaux de pluie.

Con­tin­uer la lec­ture de « Les Nou­velles Véni­ti­ennes (14) : Il n’y a pas que la vérité à sor­tir du puits »

Les Nouvelles Vénitiennes (10) : Hauts les masques !

La tra­di­tion du Car­naval de Venise, au mois de févri­er, n’est dev­enue qu’une opéra­tion com­mer­cia­lo-touris­tique, un rien vul­gaire-chic. L’idée de se cos­tumer et de se déguis­er en prenant la pause Plaz­za San Mar­co avec un zeste de brouil­lard, voire avec de la neige si vous avez un peu de chance, est certes pass­able­ment pho­togénique. Elle per­met par ailleurs d’entamer la sai­son touris­tique à un moment de creux pour les autres cités européennes con­cur­rentes de renom comme Paris, Vienne, Prague ou Lon­dres.

Con­tin­uer la lec­ture de « Les Nou­velles Véni­ti­ennes (10) : Hauts les masques ! »

Les Nouvelles Vénitiennes (8) : Sotoportego dei Cattivi Pensieri (Passage des Mauvaises Pensées)

Il est des noms prédes­tinés à moins, qu’au con­traire, cer­tains lieux por­tent le nom inéluctable pour lequel aucun autre n’aurait pu être mieux trou­vé. C’était le cas pour ce lieu mau­dit du Soto­portego dei Cat­tivi Pen­sieri, imag­iné sans doute par le Dieu de la lagune lui-même.

Con­tin­uer la lec­ture de « Les Nou­velles Véni­ti­ennes (8) : Soto­portego dei Cat­tivi Pen­sieri (Pas­sage des Mau­vais­es Pen­sées) »

Les Nouvelles Vénitiennes (2) : « Ciao Bella ! »

« Ciao Bel­la ! » c’est le sobre adieu d’un amant à sa belle tan­dis que celle-ci dis­parais­sait lente­ment dans les eaux saumâtres d’un anonyme canal véni­tien. Détail piquant. la belle avait lit­térale­ment la tête fra­cassée en deux par le milieu par un fer­ro, cet emblème de la gon­do­le, ce peigne argen­té aux six dents représen­tant les six quartiers de la Sérénis­sime.

Con­tin­uer la lec­ture de « Les Nou­velles Véni­ti­ennes (2) : « Ciao Bel­la ! » »