Dans le jardin de Michel Lis…

Michel Lis, le plus célèbre jar­dinier de France, vit en Poitou-Char­entes. Il ter­mine l’écriture d’un livre, le Dia­ble dans le prunier, qui sor­ti­ra prochaine­ment. Il tient une chronique radio sur France Bleue La Rochelle sur les tra­di­tions et cou­tumes autour des plantes. Nous l’avons ren­con­tré à la Foire de Print­emps de La Garde, dans le Var, où il revient chaque année comme invité d’honneur. Témoignage.

Con­tin­uer la lec­ture de « Dans le jardin de Michel Lis… »

Les Nouvelles Vénitiennes (9) : Chronos remonte le temps

Une niche du XVIe abrite sur la façade du palais Bem­bo-Boldù une sculp­ture qui est sans doute la plus mys­térieuse de Venise. Selon les uns, il s’agit d’un sauvage cou­vert de poils, selon d’autres de Chronos le maître du temps. Selon d’autres encore, Sat­urne por­tant un disque solaire.

Con­tin­uer la lec­ture de « Les Nou­velles Véni­ti­ennes (9) : Chronos remonte le temps »

Sur les pavés, la gloire ?

Le mois de mars vient de com­mencer et, un peu partout dans chaque dis­ci­pline, c’est le début de sai­son. Notam­ment en cyclim’se où les pre­mières cours­es (Tour de Majorque, du Qatar ou Ruta del sol…) ont per­mis à tous les gros bras de la petite reine de s’étalonner en plein soleil.

Con­tin­uer la lec­ture de « Sur les pavés, la gloire ? »

Le 9e programme de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne ne fait pas l’unanimité

Le Comité de bassin Loire Bre­tagne s’est réu­ni ven­dre­di 1er décem­bre 2006 à Orléans. Au cours de cette réu­nion, le 9e pro­gramme de l’Agence de l’eau a été soumis à l’approbation des mem­bres du Comité. Le vote à bul­letins secrets a eu pour résul­tats : 56 voix pour, 31 con­tre, avec une absten­tion et qua­tre bul­letins nuls. Ce vote de défi­ance, qui est une pre­mière en Loire Bre­tagne, a été porté par les mem­bres asso­ci­at­ifs du Comité de bassin : pêcheurs, con­som­ma­teurs, envi­ron­nemen­tal­istes et représen­tants des grandes col­lec­tiv­ités ter­ri­to­ri­ales du bassin.

Con­tin­uer la lec­ture de « Le 9e pro­gramme de l’Agence de l’eau Loire-Bre­tagne ne fait pas l’unanimité »

De l’art en bar et une Rolls pour les pauvres !

Oui ! Même les pau­vres ont droit au luxe, au nom de la devise inscrite au fron­ton de nos mon­u­ments : Lib­erté, Égal­ité, Fra­ter­nité !

Vic­tor savait déjà qu’au point de vue poli­tique, il n’y a qu’un seul principe, la sou­veraineté de l’homme sur lui-même. cette sou­veraineté de moi sur moi s’appelle Lib­erté. (1)

Alors amis érémistes, amis chômeurs, soyez libres de vouloir le luxe, osez le stupre et la lux­u­re ! Vous Les Mis­érables, n’abhorrez pas l’argent, ne méprisez pas les rich­es, lisez Hugo : Ce ne serait pas une haine intel­li­gente que la haine du luxe. Cette haine impli­querait la haine des arts. (1)

Art en Bar

Tiens, en par­lant d’art, j’en ai en bar ! Qui a dit que le pau­vre était tou­jours grincheux ? Le “cas­sosse” aus­si peut être esthète ! Et oubli­er un peu sa mis­ère sociale et le Ségo-Sarko Show, le temps d’une expo­si­tion… Pen­dant ce temps au château de la Politic Acad­e­my, le petit Nico­las, qui a sûre­ment enten­du par­ler du grand Vic­tor et se voit bien bal­ay­er Jacques et Dominique, se dit peut-être pour se con­sol­er et patien­ter, qu’il est quelque­fois plus dif­fi­cile d’être le sec­ond que le pre­mier. Il faut moins de génie, mais plus de courage. (2) Tan­dis que la belle Ségolène, qui elle aus­si con­nait le poète, encour­age les enseignants à faire réelle­ment leurs 35 heures au ser­vice de leurs élèves car l’édu­ca­tion, c’est la famille qui la donne, l’instruction, c’est l’État qui la doit. (3)

Ah ! j’entends déjà les cris d’orfraie des volatiles de tous bor­ds se lamenter de la pau­vreté de mes cri­tiques, de mon oppo­si­tion stérile et de ma fâcheuse ten­dance à nier qu’à droite, on eût quelque­fois de bonnes idées, tant qu’à gauche on eût par­fois un peu d’intelligence… Mais moi aus­si, j’ai lu Hugo, et donc je sais que les néga­teurs ne sont pas des cri­tiques. Une haine n’est pas une intel­li­gence. Injuri­er n’est pas dis­cuter. (4) Ah s’ils avaient lu, ils sauraient ! Injuri­er n’est pas nuire. Voilà ce que les enne­mis ignorent. Ils ne peu­vent pas ne point insul­ter, et c’est là leur util­ité. (2)

Puisqu’on par­le politesse, rap­pelons-nous que des Jean-Pierre et un Xavier, à Chartres et à Lucé, pour n’avoir pas assez goûté William Shake­speare et pour ne pas con­naître l’homme qui rit, courent après la recon­nais­sance et le suc­cès, avec arro­gance… Soit dit en pas­sant, c’est une chose assez hideuse que le suc­cès. Sa fausse ressem­blance avec le mérite trompe les hommes. (1) Ils veu­lent tous en être, du Mou­ve­ment Pop­u­laire ! Mais quoi ? La pop­u­lar­ité ? C’est la gloire en gros sous. (5)

Dans mon cos­tume de comique, je m’en vais donc qué­man­der aux bour­geois les clés de la Rolls, pour l’expo de same­di en huit… Je n’ose espér­er qu’elle ait trop de suc­cès, j’aurais l’air d’un sot… Et comme dis­ait Vic­tor, un sot est un imbé­cile dont on voit l’orgueil à tra­vers les trous de son intel­li­gence… (6)


(1) Vic­tor Hugo, Les Mis­érables
(2) Vic­tor Hugo, L’Homme qui rit
(3) Vic­tor Hugo, Actes et Paroles
(4) Vic­tor Hugo, William Shake­speare
(5) Vic­tor Hugo, Ruy Blas
(6) Vic­tor Hugo, Faits et croy­ances

Notre énergie, demain !

Con­férence-débat et témoignages, le ven­dre­di 17 novem­bre 2006 à 20h30
Salle poly­va­lente des Halles à Tours (37), porte C. Entrée libre et gra­tu­ite.

Con­tin­uer la lec­ture de « Notre énergie, demain ! »