Le Manifeste des évidences (23)

Un « pro » est avant tout un être vivant, fait de chair et de sang, de pas­sions et de haines. C’est ain­si que va la nature humaine. Mais dans la jun­gle com­mer­ciale, le pro est un ani­mal à l’affût, en quête de proies nom­mées cœurs de cible, sur un ter­ri­toire idéal appelé zone de cha­lan­dise et qu’il con­sid­ère comme sa chas­se gardée. Pour voir avant la vir­gule s’accumuler les zéros, sou­vent le pro mon­tre les crocs…

Con­tin­uer la lec­ture de « Le Man­i­feste des évi­dences (23) »

Le Manifeste des évidences (22)

L’évidence du jour, c’est qu’il aura fal­lu presque un an pour que je reprenne cet ate­lier d’écriture per­son­nelle, acca­paré que j’étais par la con­créti­sa­tion de ma petite entre­prise. Peut-être ai-je man­qué d’humilité. Sans doute me pre­nais-je trop au sérieux, vu la légèreté et le manque de pro­fes­sion­nal­isme observés chez mes inter­locu­teurs, lesquels m’ont défini­tive­ment con­va­in­cu que la Beauce char­traine n’est pas une terre fer­tile pour les pro­jets ambitieux…

Con­tin­uer la lec­ture de « Le Man­i­feste des évi­dences (22) »

Les 10 mots-clés à se poser sur les Fabulations…

Je me demande sou­vent quels sont les sujets qui intéressent le plus les vis­i­teurs de ce site…

Con­tin­uer la lec­ture de « Les 10 mots-clés à se pos­er sur les Fab­u­la­tions… »

Le Manifeste des évidences (21)

Au fond, ce qui est vrai pour une entre­prise l’est tout autant pour une admin­is­tra­tion. Il ne s’agit, dans les deux cas, que d’une col­lec­tiv­ité, ici publique et là privée. On pour­rait même dire que ce qui se passe dans les admin­is­tra­tions se passe aus­si dans les entre­pris­es, ici des choix de ges­tion qui lais­sent les salariés sur le car­reau, là des abus de procé­dures qui poussent les citoyens dans le caniveau.

Con­tin­uer la lec­ture de « Le Man­i­feste des évi­dences (21) »

Le Manifeste des évidences (20)

J’ai la pré­ten­tion de croire mon activ­ité utile à la société et répon­dant à cer­tains de ses besoins. Certes pas ses plus futiles ou plus voy­ants, mais ses besoins tout de même. Cepen­dant, à voir la résis­tance qui s’oppose à moi, j’en suis surtout à me deman­der : mais ai-je vrai­ment besoin de la société ?

Con­tin­uer la lec­ture de « Le Man­i­feste des évi­dences (20) »

Le Manifeste des évidences (19)

Je serai écrivain, ou rien ! Si les fonc­tion­naires et/​ou les pisse-copies que j’ai ren­con­trés jusqu’aujourd’hui me lisent, il faut que ce soit bien clair pour eux : je me fous de leurs men­aces à peine voilées, de leurs rodomon­tades et de leurs ges­tic­u­la­tions. Les procé­dures abu­sives qui sor­tent de leur esprit étriqué comme on sort un lapin d’un cha­peau ne m’illusionnent plus.

Con­tin­uer la lec­ture de « Le Man­i­feste des évi­dences (19) »

Le Manifeste des évidences (18)

Vouloir faire quelque chose de neuf avec de vieux sché­mas, c’est rénover plutôt qu’innover… Ne pas ten­ter pour ne pas per­dre, c’est se refuser à avancer. Mais s’entêter dans la con­créti­sa­tion de ses idées, même sans réseau et con­tre vents et marées, est moins un défaut qu’une qual­ité.

Con­tin­uer la lec­ture de « Le Man­i­feste des évi­dences (18) »