Lucé : L’adjointe aux finances de la Morlandie lâche l’affaire…

L’intégrité étant une don­née à géométrie vari­able à l’UMP, cer­tains et cer­taines dis­ant qu’on ne les y reprendraient plus, pren­nent leurs dis­tances à l’approche des munic­i­pales et de la décon­fi­ture annon­cée…

Con­tin­uer la lec­ture de « Lucé : L’adjointe aux finances de la Mor­landie lâche l’affaire… »

Lucé : qui a fait chuter la Morlandie ?

L’amnésie poli­tique est un mal con­tagieux et cyclique. Per­son­ne ne veut plus de la Mor­landie.

Con­tin­uer la lec­ture de « Lucé : qui a fait chuter la Mor­landie ? »

C’est beau une ville la nuit !

Lucé, c’est beau comme un feu d’artifice, et quand la scène se déroule en bas de l’immeuble, on ne va pas boud­er son plaisir !

Con­tin­uer la lec­ture de « C’est beau une ville la nuit ! »

Bienvenue à OK Corral !

Y’a des moments où, à Lucé, on se croirait un peu au Far-West ! On avait déjà les cow­boys, Mai­ni et Tilli­er-Mar­chal, Ma et Pa Poy­er, Lau­rans et sa mon­ture (en fait cinq chevaux déguisés en Clio ; vous savez, la patronne de l’Histoire… Mais c’est totale­ment hors-sujet !), ci-après dénommé(s) la brute (abru­ti au pluriel, comme dans un stim­u­lus, des stim­uli), et le truand, le want­ed “Jack” Mor­land, œuvrant en coulisse pour faire tomber son suc­cesseur, le bon Doc­tor Min­sky.

Con­tin­uer la lec­ture de « Bien­v­enue à OK Cor­ral ! »

L’opposition en carton à Lucé, les Vauroux à vau-l’eau à Mainvilliers…

Ça gaza­it dur hier à la réu­nion publique organ­isée pour la réou­ver­ture des Vau­roux…

Con­tin­uer la lec­ture de « L’opposition en car­ton à Lucé, les Vau­roux à vau-l’eau à Mainvil­liers… »

Parce qu’à Lucé, on est pas tous figés…

Après cinq ans d’une ges­tion calami­teuse, incar­née par Mor­land le grand délin­quant en col blanc, l’équipe munic­i­pale actuelle (peu dif­férente de la précé­dente, il faut l’avouer) en est réduite à gér­er le tout-venant.

Con­tin­uer la lec­ture de « Parce qu’à Lucé, on est pas tous figés… »

À la recherche de l’humanisme perdu…

Le mois dernier, encore sous le choc de mon expéri­ence noc­turne, j’écrivais en pleine nuit un arti­cle au vit­ri­ol inti­t­ulé La haine. Je me sou­viens bien avoir dit ce soir-là aux témoins présents que je préférais de loin taper sur mon clavier que de taper, tout court… La haine en l’espèce, vient du sen­ti­ment d’impunité que nous ren­voie le som­met de l’État. Ain­si donc, si en haut lieu tout est per­mis, nul rem­part à la vio­lence ordi­naire. Un prési­dent qui blan­chit plus blanc que blanc, un min­istre de l’Intérieur aux bass­es besognes pour ravir le trône suprême à son Pre­mier et supérieur, des béton­neurs chauves et bedonnants émargeant à 1500 fois le SMIC… par mois ! Si peu de respect ne peut que nuire…

Con­tin­uer la lec­ture de « À la recherche de l’humanisme per­du… »