Ik hou van jou

Ce soir j’ai le fiel en berne et l’humeur joyeuse. Point de polémique mais un peu de poésie, même si celle-ci date d’une quin­zaine d’années… Dédi­cace à tous les amoureux… de l’autre, du verbe, de l’art !

Con­tin­uer la lec­ture de « Ik hou van jou »

Aucune limite n’est autorisée !

Le groupe tech­no dance 2 Unlim­it­ed naît en 1990 à Ams­ter­dam en Hol­lande. Les deux pro­duc­teurs Phil Wilde et Jean-Paul DeCoster, déjà con­nus pour le suc­cès d’AB Log­ic, for­ment 2 Unlim­it­ed, duo com­posé du rappeur Ray Sli­jn­gaard et de la chanteuse Ani­ta Doth.

Con­tin­uer la lec­ture de « Aucune lim­ite n’est autorisée ! »

Galériens et autres martyrs Européens…

Comme le nom de la rubrique du lun­di l’indique si bien : “Aujourd’hui rien à dire”. Nous allons donc par­ler foot­ball, un sujet à la hau­teur de la plat­i­tude de mon d’inspiration… Cette semaine, les Coupes d’Europe ont repris leurs cours.

Con­tin­uer la lec­ture de « Galériens et autres mar­tyrs Européens… »

Happy birthday “No futur” !

Anarchy in UK

Cette année, on fête les 30 ans du mou­ve­ment punk. Au lieu de chanter bête­ment “hap­py birth­day”, je vous pro­pose plutôt de repren­dre tous en cœur cette petite bluette qui reste aus­si un hymne à la tolérance. Remer­cions au pas­sage Les Béruri­ers Noirs, auteurs du texte qui va suiv­re mais aus­si d’un cri extrême­ment pri­maire et néan­moins tou­jours val­able :
“La jeunesse emmerde le Front Nation­al !”

Con­tin­uer la lec­ture de « Hap­py birth­day “No futur” ! »

Si c’est vraiment soirée disco, Boris mets-nous ça !

Chez le coléop­tère, on ne plaisante pas avec le mélange des gen­res. On prend même ça très au sérieux, les soirées dis­co c’est pas pour les bobos…

Con­tin­uer la lec­ture de « Si c’est vrai­ment soirée dis­co, Boris mets-nous ça ! »

Absalon, dans un fauteuil…

C’est la fin de l’année et ça caille un peu ! Donc, au coin du feu, entre raclette et vin chaud, j’en prof­ite pour dis­tribuer les bons points et les mau­vais. C’est ma spé­cial­ité.

Con­tin­uer la lec­ture de « Absa­lon, dans un fau­teuil… »