Municipales à Lucé : premières leçons à tirer

À l’heure des trac­ta­tions entre les deux listes de gauche restantes et la liste non offi­cial­isée UMP­iste, quelques leçons peu­vent être tirées du pre­mier tour des munic­i­pales sur Lucé, la 3ème ville du départe­ment.

Con­tin­uer la lec­ture de « Munic­i­pales à Lucé : pre­mières leçons à tir­er »

Morland, casse-toi de Lucé ! Ta liste, ta tronche, tes magouilles, ta 4L et tes amis… Même ta femme, on n’en veut pas !

Tu m’as sûre­ment déjà classé dans la caté­gorie de ces “mau­vais­es langues qui dis­ent que [tu es] un voleur, une fripouille” et acces­soire­ment, je m’en fous. Une chose est sûre mon Jacquot, moi non plus je ne t’ai pas oublié.

Con­tin­uer la lec­ture de « Mor­land, casse-toi de Lucé ! Ta liste, ta tronche, tes magouilles, ta 4L et tes amis… Même ta femme, on n’en veut pas ! »

Bienvenue à OK Corral !

Y’a des moments où, à Lucé, on se croirait un peu au Far-West ! On avait déjà les cow­boys, Mai­ni et Tilli­er-Mar­chal, Ma et Pa Poy­er, Lau­rans et sa mon­ture (en fait cinq chevaux déguisés en Clio ; vous savez, la patronne de l’Histoire… Mais c’est totale­ment hors-sujet !), ci-après dénommé(s) la brute (abru­ti au pluriel, comme dans un stim­u­lus, des stim­uli), et le truand, le want­ed “Jack” Mor­land, œuvrant en coulisse pour faire tomber son suc­cesseur, le bon Doc­tor Min­sky.

Con­tin­uer la lec­ture de « Bien­v­enue à OK Cor­ral ! »

Parce qu’à Lucé, on est pas tous figés…

Après cinq ans d’une ges­tion calami­teuse, incar­née par Mor­land le grand délin­quant en col blanc, l’équipe munic­i­pale actuelle (peu dif­férente de la précé­dente, il faut l’avouer) en est réduite à gér­er le tout-venant.

Con­tin­uer la lec­ture de « Parce qu’à Lucé, on est pas tous figés… »

À la recherche de l’humanisme perdu…

Le mois dernier, encore sous le choc de mon expéri­ence noc­turne, j’écrivais en pleine nuit un arti­cle au vit­ri­ol inti­t­ulé La haine. Je me sou­viens bien avoir dit ce soir-là aux témoins présents que je préférais de loin taper sur mon clavier que de taper, tout court… La haine en l’espèce, vient du sen­ti­ment d’impunité que nous ren­voie le som­met de l’État. Ain­si donc, si en haut lieu tout est per­mis, nul rem­part à la vio­lence ordi­naire. Un prési­dent qui blan­chit plus blanc que blanc, un min­istre de l’Intérieur aux bass­es besognes pour ravir le trône suprême à son Pre­mier et supérieur, des béton­neurs chauves et bedonnants émargeant à 1500 fois le SMIC… par mois ! Si peu de respect ne peut que nuire…

Con­tin­uer la lec­ture de « À la recherche de l’humanisme per­du… »

La Haine…

« C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeu­ble de cinquante étages. Le mec au fur et à mesure de sa chute, il se répète sans cesse pour se ras­sur­er : jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien… Mais l’important c’est pas la chute, c’est l’atterrissage ! » (1)

Con­tin­uer la lec­ture de « La Haine… »