Nouvelles mystérieuses de la cathédrale de Chartres (3) : La Vierge perd sa chemise !

Les reliques ont tou­jours représen­té un enjeu majeur non seule­ment pour les édi­fices religieux mais pour les cités. On se sou­vient, par exem­ple, qu’à Tours, il a fal­lu lit­térale­ment vol­er le cadavre de l’évêque Mar­tin pour que Tours soit une place forte religieuse, ce que lui dis­putait Poitiers.

Con­tin­uer la lec­ture de « Nou­velles mys­térieuses de la cathé­drale de Chartres (3) : La Vierge perd sa chemise ! »

Les Nouvelles Vénitiennes (16) : Blondes

J’aime à répéter : « Je n’accorde qu’une impor­tance rel­a­tive à la beauté physique des femmes. Ce qui importe, c’est juste qu’elles aient un corps de rêve. Après tout, on ne leur demande pas grand chose ». Cette cita­tion est extraite de Pen­sées pro­fondes et autres, dont je suis égale­ment l’auteur.

Con­tin­uer la lec­ture de « Les Nou­velles Véni­ti­ennes (16) : Blondes »

Les Nouvelles Vénitiennes (15) : Piccolo Travelo

Trav­elo, ce n’est déjà pas rigo­lo en soi. On est en butte à toutes les moqueries, à tous les lazzi, à toutes les haines refoulées. Mais trav­elo à Venise, c’est pire que tout. La ville des masques et du Car­naval, pour un trav­es­ti, c’est le lieu mau­dit, celui où tout est per­mis, où tout le monde se prend pour une drag queen, où la con­cur­rence est finale­ment telle que tout le monde fait le trot­toir.

Con­tin­uer la lec­ture de « Les Nou­velles Véni­ti­ennes (15) : Pic­co­lo Trav­elo »

Les Nouvelles Vénitiennes (14) : Il n’y a pas que la vérité à sortir du puits

Les puits à Venise, il n’y en a pas à tous les coins de rue mais qua­si­ment dans chaque cour, dans chaque corte. Dès le XIIe siè­cle, la Scuela dei Mureri for­mait les puisatiers qui se trans­met­taient jalouse­ment de père en fils les secrets des tech­niques de con­struc­tion. Ces puits avaient à la fois une fonc­tion de citerne et de fil­tre pour épur­er les eaux de pluie.

Con­tin­uer la lec­ture de « Les Nou­velles Véni­ti­ennes (14) : Il n’y a pas que la vérité à sor­tir du puits »

Les Nouvelles Vénitiennes (13) : Sous les griffes du Lion (2e partie)

La ten­sion mon­ta de plusieurs crans. Que faire con­tre la magie noire ? Cette fois, le cas était d’autant plus grave que la vic­time était un jeune véni­tien hon­or­able­ment con­nu du quarti­er. Passe encore qu’on assas­sine des étrangers mais si les autorités ne se décidaient pas à pren­dre des mesures rad­i­cales au moment où des fauves assoif­fés de sang s’en pre­naient à la pop­u­la­tion des arse­nalot­ti, qu’allait-elle devenir ?

Con­tin­uer la lec­ture de « Les Nou­velles Véni­ti­ennes (13) : Sous les griffes du Lion (2e par­tie) »

Les Nouvelles Vénitiennes (12) : Calle larga dei Proverbi (Rue longue des Proverbes)

À SS. Apos­toli, la Calle Larga dei Prover­bi tire son orig­ine de deux inscrip­tions latines gravées sur les bal­cons d’une mai­son aujourd’hui dis­parue : « Par­le de toi, avant de par­ler de moi » et « Quand on sème des épines, on ne marche pas pieds nus ». Qui avait fait inscrire ces curieux adages, l’Histoire ne le dit pas ou du moins n’a pas retenu son nom.

Con­tin­uer la lec­ture de « Les Nou­velles Véni­ti­ennes (12) : Calle larga dei Prover­bi (Rue longue des Proverbes) »

Les Nouvelles Vénitiennes (11) : Les aléas della aventura…

La famille Franchet­ti est fort hon­or­able­ment con­nue des Véni­tiens, notam­ment parce que le baron Gior­gio restau­ra à grands frais puis fit don à l’État, mobili­er com­pris, de la Ca’ d’Oro, somptueux palais du XVe siè­cle qui domine le Grand Canal. Ses mar­bres poly­chromes de la façade furent un temps enrichis de dorures et l’ensemble dégage un charme ori­en­tal des plus raf­finés.

Con­tin­uer la lec­ture de « Les Nou­velles Véni­ti­ennes (11) : Les aléas del­la aven­tu­ra… »