T’en souvient-il ?

L'Écho des Maux

« Un soir, t’en sou­vient-il ? Nous vogu­ions en silence… »*

T’en souvient-il ?

Je me sou­viens du lieu où j’étais quand les tours sont tombées
Je me sou­viens du goût de mon pre­mier café
Je me sou­viens du crash du Con­corde à Garch­es-les-Goness­es
Je me sou­viens de la soli­tude qui précède toute détresse
Je me sou­viens de l’air chaud sur la route des vacances
Je me sou­viens très peu des coureurs du Tour de France
Je me sou­viens de l’écriture de mon pre­mier poème
Je me sou­viens la pre­mière fois où je lui ai dit je t’aime
Je me sou­viens encore de l’instit’ en pri­maire
Je me sou­viens que depuis il y a eu trop de guerre
Je me sou­viens de la mis­ère en Éthiopie
Je me sou­viens même avoir don­né un peu de riz
Je me sou­viens du temps où j’étais un enfant
Je me sou­viens com­bi­en nous étions inno­cents
Je me sou­viens de choses que j’aimerais oubli­er
Je me sou­viens vague­ment à Paris être né

* Extrait du poème Le Lac, paru dans les Médi­ta­tions poé­tiques d’Alphonse de Lamar­tine (1820).


Auteur : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

2 réflexions sur « T’en souvient-il ? »