La face Kärchée de Sarkozy…

La Sor­bonne, 6 juin 2098 : Elzéar KESSEL, étu­di­ant en Sci­ences Poli­tiques, présente sa thèse de doc­tor­at à “un jury com­posé, con­for­mé­ment aux lois sur la dis­crim­i­na­tion pos­i­tive, d’un afro-européen à forte cor­pu­lence, d’une musul­mane ten­dance opposante au voile et d’un juif homo­sex­uel sous-caté­gorie ashké­naze”. Son sujet : un des phénomènes poli­tiques les plus fasci­nants du début du siè­cle : le SARKOZYSME.

Con­tin­uer la lec­ture de « La face Kärchée de Sarkozy… »

Pour être “in” en décembre : Fous ta cagoule !

Le clip des Fatal Bazooka, groupe créé par Michaël Youn et ses com­pères à l’époque du Morn­ing Live sur M6. Ils appa­rais­saient dans de petits sketch­es par­o­di­ant le rap, et après les Bratis­la Boys ou Alphonse Brown, ils revi­en­nent avec ce titre : “Mets Ta Cagoule” !!!

Con­tin­uer la lec­ture de « Pour être “in” en décem­bre : Fous ta cagoule ! »

Aurions-nous des points communs au tertre des arts ?

Points Communs

Les Ate­liers Maisière et Com­pag­nie ont le plaisir de vous inviter au vernissage de la deux­ième édi­tion du salon POINTS COMMUNS

Con­tin­uer la lec­ture de « Auri­ons-nous des points com­muns au tertre des arts ? »

Kenavo ! Kinan namar dikoa keskidi ?

(…) La langue (son orthographe, sa gram­maire, son vocab­u­laire) est le vecteur de la richesse cul­turelle de ses « par­leurs ». Dès lors qu’elle s’appauvrit, c’est aus­si les échanges qui s’appauvrissent, les nuances qui se per­dent et le champ de con­science qui rétréc­it. En out­re, le niveau de langue doit être le plus homogène pos­si­ble dans notre société. Il faut tout faire pour que l’on ne retrou­ve pas avec une dis­crim­i­na­tion au « niveau de lan­gage », comme il se fait déjà avec « l’accent des ban­lieues ».

Or l’expression écrite a une influ­ence directe sur la qual­ité de l’expression orale. En lisant les posts de sky­blogueur, on se rend compte de la manière dont la syn­taxe est per­due, et dont le sens a un mal fou à se trans­met­tre. Cer­tains ont même du mal à com­pren­dre leurs con­génères, tant le décryptage peut devenir com­plexe et « local ».

Matoo

Prenons un exem­ple d’un sky­blogueur homo de 20 ans… Il est fou amoureux de son mec avec qui il est depuis un mois. Ouais bon je sais, mais c’est chou tout plein quoi ! ;-) Voilà ce qu’il écrit :

Auj est un jr spé­cial é il falé marké l’évé : cela fait 1mois ke mn hom é moi st ens… Jvoulé tdir bb ke jtm tré for é ke chui tro bien ac toi mé tmtc !! Ns avon déjà vécu pa mal de momen ens en un mois si on fé le bilan, entr lé soiré au Cap, les aprèm’ à Chartres, é depui peu les soirée ds lé bars…ainsi que lé ch moin avouabl… mdr !! Ke cela dure une éter­nité entr ns…profiton a fon de notr his­toir !! JE T’AIME !!!!!!!!!

Je crois que c’est la forme la plus clas­sique du lan­gage SMS. Qui l’est vrai­ment d’ailleurs, dans le sens où il s’agit prin­ci­pale­ment d’une abrévi­a­tion des mots, et qu’il faut du coup devin­er les let­tres man­quantes grâce au con­texte et à l’habitude (avec 50 mots de vocab­u­laire, on a fait le tour). Il s’agit exacte­ment du tra­vail des archéo­logues qui déchiffrent des écri­t­ures anci­ennes !

En même temps, il s’agit d’une écri­t­ure qua­si automa­tique et instinc­tive qui laisse pass­er les erreurs, comme s’il s’agissait d’un dis­cours oral où l’on ne s’attarde pas sur toutes nos fautes de français. On est choqué car on con­sid­ère le blog comme un espace « sérieux », mais je pense que les sky­blogueurs ne voient cela que comme un espace à peine plus sta­tique que le tchat’, et donc n’en ont rien à taper (lit­térale­ment). Je n’ai pas pris le pire des exem­ples là évidem­ment, puisqu’il s’agit d’un vocab­u­laire « courant », et de quelqu’un qui arrive à s’exprimer à peu près. (…)

Inté­gral­ité de l’ar­ti­cle “Le lan­gage SMS en ques­tion” sur MatooBlog


Politis en détresse, rendons la politesse !

Poli­tis risque de dis­paraître : placé en dépôt de bilan depuis le 8 août, l’heb­do­madaire doit aujour­d’hui faire face à une sit­u­a­tion d’ur­gence pour assur­er sa survie.

Con­tin­uer la lec­ture de « Poli­tis en détresse, ren­dons la politesse ! »

Peine(s) de mort…

La com­pas­sion est le pro­pre des âmes habitées par un besoin de char­ité. (…) Une jus­tice qui tue n’est jamais juste.”

Con­tin­uer la lec­ture de « Peine(s) de mort… »

L’Aiguillon Nouveau, le journal qui sait sonner les cloches !

Ah ! Voilà bien des citoyens qui méri­tent la palme de l’én­ergie !

Con­tin­uer la lec­ture de « L’Aiguillon Nou­veau, le jour­nal qui sait son­ner les cloches ! »