Dans la lignée d’Olympe de Gouges

Ghofrane Had­daoui, Sohane Ben­ziane, Sher­azade Belayni, celles qu’on n’a pas le droit d’oublier.”

10, 11, 12 et 13 avril 2007, ce sont les dates du procès des assas­sins de Ghofrane Had­daoui, à Aix-en-Provence. Comme Sohane, comme Sher­azade et tant d’autres ici et ailleurs, Ghofrane était jeune, jolie et libre. Elle est morte pour avoir refusé les avances d’un garçon. Elle est morte quelques jours avant son mariage. Elle est morte sous les tor­tures atro­ces d’un lyn­chage organ­isé. Elle est morte vic­time de la bar­barie d’une bande de tarés, crim­inels en herbe, capa­bles des pires atroc­ités pour l’honneur ou la frime.

Ghofrane était une Française d’origine tunisi­enne, elle avait 23 ans. Elle fut retrou­vée le 18 octo­bre 2004 dans un ter­rain vague des quartiers Nord de Mar­seille, le vis­age meur­tri, la tête frac­turée, la mâchoire et les dents cassées.

Ghofrane a été tuée à coup de pier­res, cela s’appelle une lap­i­da­tion.

Olympe de Gouges

En mars 2006, Joce­lyne Clarke inter­viewait la mère de Ghofrane, pour la revue laïque et fémin­iste de l’Ufal. Monia Had­daoui tenait alors ces pro­pos : L’hypothèse de lap­i­da­tion est sys­té­ma­tique­ment repoussée depuis la mort de Ghofrane. Depuis la décou­verte du corps, les imams de la ville ont tenu une con­férence pour décréter qu’il ne s’agissait pas de lap­i­da­tion. La jus­tice et les asso­ci­a­tions que j’ai con­tac­tées ont sem­blé alors red­outer cette expli­ca­tion. Pour­tant, ajoute Monia Had­daoui, Ghofrane a été lapidée, les preuves sont là.

En novem­bre 2004, une grande marche silen­cieuse organ­isée par l’association ” Ni Putes, Ni Soumis­es ” en hom­mage à Ghofrane rassem­blait 2 000 per­son­nes. Depuis, Monia Had­daoui se bat sur tous les fronts des luttes con­tre la bar­barie et les vio­lences faites aux femmes. Elle se bat pour que la jus­tice recon­naisse la nature du crime dont a été vic­time sa fille et que l’accusation de lap­i­da­tion soit retenue. Elle a pub­lié un livre ” Ils ont lapidé Ghofrane ” et lance un appel à mobil­i­sa­tion pour le procès qui aura lieu à la cour d’assise des mineurs d’Aix en Provence. Un rassem­ble­ment devant cette cour d’assise est prévu le 13 avril à 18h.

Je ferai mon deuil et je pleur­erai lorsque l’on aura retrou­vé tous les assas­sins de ma fille et lorsque j’aurai com­pris pourquoi et com­ment elle est morte, déclarait Monia Had­daoui en novem­bre 2004. Plus de deux ans se sont écoulés et Monia peut enfin espér­er con­naître la vérité sur le mar­tyre qu’à subit sa fille.

N’oublions pas Sher­azade, n’oublions pas Sohane, n’oublions pas Ghofrane, ces jeunes filles brûlées, tor­turées, lapidées ne sont pas les vic­times de faits divers mais les vic­times de la vision intolérable d’une société qui admet la soumis­sion des femmes par les hommes. Nous sommes dans un pays laïque et nos lois répub­li­caines ne peu­vent admet­tre qu’au nom de pré­ceptes religieux ou de cou­tumes les hommes aient droit de vie ou de morts sur les femmes.

La lap­i­da­tion de Ghofrane ne doit être oubliée ni des médias, ni des respon­s­ables poli­tiques comme ce fut le cas pour les meurtres de Sohane et de Sami­ra.

Ce procès pour Ghofrane doit mobilis­er et faire avancer la jus­tice de notre pays.

Arti­cle de Brigitte Bré Bayle, extrait de ReSPUB­LI­CA, le jour­nal de la gauche laïque et répub­li­caine, n° 523

Illus­tra­tion : ” Marie Gouze, plus con­nue sous le nom d’Olympe de Gouges “. Source : Wikipé­dia

Auteur : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

9 réflexions sur « Dans la lignée d’Olympe de Gouges »

  1. Comme d’habitude, ils ne seront con­damnés qu’à de la prison avec sur­sis.
    On va nous ressor­tir les mêmes fauss­es excus­es, ils étaient jeunes et ne savaient pas qu’ils étaient en train de faire du mal, que de lapi­der, tor­tur­er ou brûler quelqu’un peut entrain­er la mort.
    Le pire c’est qu’ils sont générale­ment mineurs au moment des faits et que la jus­tice ne puni pas sévère­ment les mineurs.…

  2. Con­tin­ue à t’indigner coléop­tère, tan­dis que la masse trou­ve ça nor­mal… La masse est, par déf­i­ni­tion, à la masse ! Présen­ta­tion du site beau­coup plus lis­i­ble, bra­vo!!!!!!!!!

  3. Mal­heureuse­ment ce genre de dérive est de plus en plus fréquent…
    Il estr intolérable que des hor­reurs pareils se pro­duisent.
    Il est grand temps que les par­ents réagis­sent, ne lais­sons pas nos enfants som­br­er dans cette délin­quance, ne démis­sion­nons pas de nos rôles de par­ents..
    On ne peut rien faire pour rée­du­quer ces jeunes en perdi­tion mais on peut faire quelque chose pour l’avenir.

  4. Gor­don je ne sais pas com­ment tu peux faire con­fi­ance à notre jus­tice.
    Cette jus­tice qui ne con­damne pas les chauf­fards, les poli­tiques.…
    Cette jus­tice à 2 vitesses ou les plus hauts ne sont jamais punis (ex : le sang con­t­a­m­iné).
    Moi je ne fais pas con­fi­ance à cette jus­tice.

  5. Le ver­dict est tombé ce soir entre le zap­ping et les guig­nols…

    23 ans de réclu­sion crim­inelle pour les deux assas­sins et le troisième qui com­para­is­sait (pour “non dénon­ci­a­tion etc.”) a été relaxé car les faits retenus con­tre lui se sont avérés non fondés…

    Vos réac­tions ?

  6. Pour ma part, je trou­ve le ver­dict adap­té au crime.

    Les peines pronon­cées pou­vaient aller jusqu’à 30 ans mais le “jeune âge” des coupables au moment des faits a joué en leur faveur.

    Espérons que cette réclu­sion leur per­me­t­tra de mesur­er la bar­barie et l’inhumanité d’un tel acte… et qu’ils puis­sent mal­gré tout, un jour loin­tain, se réin­sér­er dans la société en en respec­tant ses valeurs. 😉

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.