Do I do !

Steve­land Jud­kins Hard­away est un com­pos­i­teur prodi­ge. Devenu aveu­gle en cou­veuse, il cherche très tôt le moyen d’at­tir­er l’at­ten­tion : ce sera le piano et l’har­mon­i­ca dans lesquels il se plonge dès l’âge de 5 ans. Soliste dans la chorale de son église, il est remar­qué quelques six années plus tard par Berry Gordy, le boss de la légendaire mai­son de dis­ques Motown. S’en­suit un pre­mier album « The Twelve Year Old Genius » qu’il signe sous le sobri­quet de Lit­tle Ste­vie Won­der. À not­er qu’à cette époque, le petit génie est accom­pa­g­né à la bat­terie par un cer­tain Mar­vin Gaye.

Lit­tle Ste­vie enchaîne suc­cès sur suc­cès de « Sad Boy » à « My Cherie Amour » en pas­sant par « I Was Made To Love Her ». A 20 ans, il ren­con­tre Syree­ta Right, autre chanteuse Motown qu’il ne tarde pas à épouser et pour qui il écrira un peu plus tard le fameux « You Are The Sun­shine Of My Life » . Un bon­heur qui s’as­sombrit un an plus tard lorsque la mai­son de dis­ques refuse de lui revers­er ses roy­al­ties. Loin de cla­quer la porte, Ste­vie trou­ve un com­pro­mis à l’ami­able : il crée son pro­pre label, Tau­rus Pro­duc­tion, que la Motown financera pour le dédom­mager. Il y enreg­istr­era entre autres les albums « Songs In The Key Of Life » dont est issu « Isn’t she Love­ly » et « Hot­ter Than July » con­nu pour « Mas­ter Blaster », son hom­mage à Bob Mar­ley.

Plus dis­cret dans les années 80 et 90, on le retrou­ve pour­tant aux côtés de Paul Mc Cart­ney avec « Ebony and Ivory ». La voix de la soul mul­ti­plie par­al­lèle­ment ses inter­ven­tions human­i­taires et s’im­pose dans le col­lec­tif USA for Africa dont on ne présente plus l’hymne « We Are The World ».

Mal­gré ses 17 Gram­my Awards, Ste­vie Won­der n’a de cesse de prou­ver son génie musi­cal et vient de sor­tir en octo­bre 2005 « A Time 2 Love », son ultime album sur lequel il lance aus­si sa fille Aisha. Il se serait égale­ment porté can­di­dat pour tester une nou­velle greffe de microp­uce qui per­me­t­trait à tout aveu­gle de recou­vrir la vue.

Auteur : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.