Françafrique, on a tout compris…

À l’approche des élec­tions prési­den­tielles et lég­isla­tives, nom­bre de citoyens par­mi les plus engagés dans la défense des droits de l’homme et de l’écologie con­tin­ue d’interpeler les can­di­dats et can­di­dates sur la néces­sité d’inscrire dans le débat pub­lic les ques­tions de la sol­i­dar­ité inter­na­tionale.

État d'urgence planétaire : Votons pour une France solidaire !

État d’urgence plané­taire : Votons pour une France sol­idaire !

Relayant l’initiative du cen­tre de recherche pour l’information et le développe­ment (CRID), plusieurs mou­ve­ments asso­ci­at­ifs se mobilisent pour rap­procher cette volon­té de sol­i­dar­ité inter­na­tionale des prin­ci­paux enjeux socio-poli­tiques nationaux. Ces asso­ci­a­tions mènent cam­pagne autour de deux thé­ma­tiques pri­or­i­taires et sept thèmes trans­ver­saux :

  • Migra­tions
  • Envi­ron­nement, développe­ment durable, poli­tique énergé­tique
  • France-Afrique
  • Dette
  • Paix et con­flits
  • Par­adis fis­caux
  • Com­merce équitable
  • Respon­s­abil­ité sociale des entre­pris­es (RSE) et droits de l’Homme au tra­vail
  • Droit inter­na­tion­al et réforme des Nations unies

Plus de quar­ante ans après les indépen­dances, le bilan de la poli­tique de la France en Afrique, tant au plan économique, poli­tique que mil­i­taire, est con­testé par ses béné­fi­ci­aires sup­posés. À part quelques expéri­ences pos­i­tives (notam­ment cer­taines réal­i­sa­tions dans le domaine de la coopéra­tion tech­nique) et bien qu’ayant fait l’objet de réformes insti­tu­tion­nelles, cette poli­tique n’a pas tou­jours servi les objec­tifs de développe­ment, de sou­tien à la démoc­ra­tie et à la paix, affichés par­fois osten­si­ble­ment.

Décidées dans l’opacité, sans con­trôle par­lemen­taire et citoyen, les inter­ven­tions de l’État français en Afrique (financées par les con­tribuables) ont surtout servi les intérêts, par­fois con­tra­dic­toires, de minorités économiques ou poli­tiques, en France comme en Afrique (les « réseaux de la Françafrique »).

S'informer, comprendre, agir ! (CRID)

Du fait de son manque de cohérence et de trans­parence, il appa­raît aujourd’hui néces­saire de refonder cette poli­tique sur des bases plus con­formes aux aspi­ra­tions des pop­u­la­tions africaines et des citoyens français. (lire l’article sur le site de Survie)

Les mem­bres du comité de pilotage de la cam­pagne :

  • Agir ici
  • CRID
  • Ligue des Droits de l’Homme
  • Les Amis de la Terre
  • Survie
  • Sec­ours catholique
  • CCFD
  • Fédéra­tion Arti­sans du Monde
  • IPAM
  • Green­peace

Enfin, après avoir vision­né l’interview précé­dente, vous n’hésiterez pas à pren­dre con­tact avec les auteurs des Fab­u­la­tions de Lafontanelle afin de répon­dre à l’appel qu’ils lan­cent à toutes celles et tous ceux qui se sen­tent con­cernés par cette sol­i­dar­ité inter­na­tionale, afin de créer en Eure-et-Loir les pre­miers col­lec­tifs locaux du CRID et de Survie. À bon enten­deur…


Auteur : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

2 réflexions sur « Françafrique, on a tout compris… »

  1. Survie est une asso­ci­a­tion (loi 1901) qui mène des cam­pagnes d’information et d’interpellation des citoyens et des élus pour une réforme de la poli­tique de la France en Afrique et des rela­tions Nord-Sud.

    Elle fonde son action sur la légitim­ité qui incombe à cha­cun d’interpeller ses élus et d’exiger un con­trôle réel des choix poli­tiques dans tous les domaines.

    Elle compte 1800 adhérents et une ving­taine de groupes locaux qui relaient ses cam­pagnes dans toute la France.

    L’engagement de Survie repose sur un con­stat :

    Les prob­lèmes de développe­ment et la pau­vreté dans les pays du Sud ont avant tout des caus­es poli­tiques. C’est donc dans le champ poli­tique qu’il con­vient d’agir.

  2. Fondé en 1976 par 8 asso­ci­a­tions, le Cen­tre de recherche et d’information pour le développe­ment avait pour objec­tif de pro­duire une réflex­ion sur le développe­ment et la coopéra­tion inter­na­tionale. Il rassem­ble aujourd’hui 50 asso­ci­a­tions de sol­i­dar­ité inter­na­tionale (ASI) français­es qui :
     — parta­gent une même con­cep­tion du développe­ment humain, sol­idaire et durable pas­sant par le ren­force­ment des sociétés civiles,
     — tra­vail­lent en parte­nar­i­at avec un réseau de 1 500 parte­naires, dans les pays du Sud et de l’Europe de l’Est, engagés dans le développe­ment de leur com­mu­nauté,
     — met­tent en œuvre des actions d’éducation au développe­ment en France et promeu­vent des cam­pagnes citoyennes,
     — par­ticipent à la con­struc­tion d’un “mou­ve­ment mon­di­al de sol­i­dar­ité inter­na­tionale” et cherchent à le déploy­er en France.

    Les mem­bres du Crid représen­tent en France un réseau de 7 500 groupes locaux rassem­blant 180 000 bénév­oles.

    Le Crid béné­fi­cie du statut con­sul­tatif auprès du Con­seil économique et social des Nations Unies.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.