Guide du manifestant (1) : que faire lors d’un contrôle d’identité ?

QUE FAIRE LORSQU’ON EST ARRÊTÉ PAR LA POLICE LORS D’UNE MANIFESTATION ?
I- VOS DROITS LORS D’UN CONTRÔLE D’IDENTITÉ

Si vous êtes de nation­al­ité française, vous pou­vez établir votre iden­tité par tout moyen, il n’est pas oblig­a­toire d’avoir sur vous une pièce d’i­den­tité. Si vous êtes de nation­al­ité étrangère, vous devez, en principe, tou­jours avoir avec vous le titre ou les doc­u­ments vous autorisant à cir­culer ou à séjourn­er en France (une carte de séjour, un passe­port avec un visa datant de moins de 3 mois, un récépis­sé de demande de titre de séjour ou encore une con­vo­ca­tion à la pré­fec­ture, etc.). En effet, la police peut à tout moment, con­trôler la régu­lar­ité de leur séjour en France des étrangers. Les mineurs étrangers peu­vent prou­ver par tout moyen leur iden­tité. Ils sont inex­pulsables du ter­ri­toire français.

Bienvenue en France

Les motifs du con­trôle d’identité :

Arti­cle 78 – 2 du code de procé­dure pénale : out­re les con­trôles spé­ci­fiques des étrangers, les forces de l’or­dre peu­vent con­trôler votre iden­tité s’il existe des raisons plau­si­bles de soupçon­ner qu’une per­son­ne a com­mis ou a ten­té de com­met­tre une infrac­tion, se pré­pare à com­met­tre un crime ou un délit, ou est sus­cep­ti­ble de fournir des ren­seigne­ments sur une enquête pénale en cours, ou fait l’ob­jet de recherch­es judi­ci­aires. Mais le Pro­cureur peut aus­si requérir des con­trôles d’i­den­tité pour les infrac­tions qu’il pré­cise (recherch­es de stupé­fi­ants, ports d’armes…). Enfin l’i­den­tité peut être con­trôlée pour “prévenir une atteinte à l’or­dre public”.

Les motifs du con­trôle sont donc très larges, mais ils doivent répon­dre à l’un de ces critères, sous peine de nul­lité du con­trôle. Par exem­ple, le fait de porter un auto-col­lant (ou une ban­de­role), avec un sigle syn­di­cal ou asso­ci­atif, ou une inscrip­tion licite quel­conque, ne jus­ti­fie en aucun cas un con­trôle d’i­den­tité. La police n’a pas le droit de vous deman­der de retir­er l’au­to-col­lant, car c’est une atteinte à la lib­erté d’ex­pres­sion. Autre exem­ple : vous avez le droit de pho­togra­phi­er ou de filmer une man­i­fes­ta­tion, et rien n’in­ter­dit de filmer les policiers dans des lieux publics. Ils n’ont pas le droit de con­fis­quer votre matériel ou le film.

La réten­tion en vue de véri­fi­er votre iden­tité (Arti­cle 78 – 3 du code de procé­dure pénale) :

Si vous n’avez pas de preuve de votre iden­tité, vous pou­vez être retenu par la police qui souhaite véri­fi­er votre iden­tité pen­dant 4 heures max­i­mum à par­tir de début du con­trôle. Ne ten­tez pas de vous sous­traire par la force à un con­trôle d’i­den­tité, c’est un délit de rébel­lion. Restez tou­jours calme et poli.

Con­seils pour les con­trôles d’identité

Vous avez le droit de faire avis­er le pro­cureur de la République de votre réten­tion et toute per­son­ne de votre choix. Si vous êtes mineur, le pro­cureur de la République doit être infor­mé dès le début de la réten­tion. Exercez le droit de faire prévenir le pro­cureur. Une copie du procès-ver­bal de con­trôle d’i­den­tité doit vous être remise après 4h, (s’il n’y a pas de garde à vue à la suite). Exigez-ce doc­u­ment !

Vous avez le droit de prévenir votre famille ou toute per­son­ne de votre choix. Si vous êtes mineur, vous devez être assisté par votre représen­tant légal. Si les policiers sont agres­sifs lors d’un con­trôle d’i­den­tité, restez polis, ne les tutoyez pas, même s’ils vous tutoient, ne faites aucun geste vio­lent à leur égard, car cela peut entraîn­er des procé­dures d’outrage ou de rébel­lion, ou de vio­lences sur per­son­ne déposi­taire de l’au­torité publique ; des peines d’emprisonnement sont encou­rues et vous pou­vez être jugés en com­paru­tion immé­di­ate (fla­grants délits).

Prenez les coor­don­nées de toutes les per­son­nes qui peu­vent témoign­er de la scène. Si vous êtes emmenés au com­mis­sari­at, deman­dez à tout témoin de prévenir vos proches ou un avo­cat. Si vous refusez de col­la­bor­er à la véri­fi­ca­tion de votre iden­tité (en faisant des déc­la­ra­tions man­i­feste­ment fauss­es, par exem­ple), vos empreintes et une pho­to peu­vent être pris­es. Et si vous refusez de vous soumet­tre à cette mesure, vous pou­vez être punis de 3 mois de prison et 3750 euros d ‘amende (Arti­cle 78 ‑5 du CPP). Avant de sign­er un procès-ver­bal, relisez-le attentivement.

Si vous n’êtes pas d’ac­cord avec le con­tenu des procès-ver­baux, vous pou­vez refuser de les sign­er (doc­u­ments rédigés par les policiers et décrivant l’in­ter­pel­la­tion ou la véri­fi­ca­tion d’i­den­tité). Si vous estimez que le procès-ver­bal con­tient des erreurs ou des impré­ci­sions, vous devez deman­der au polici­er qui l’a tapé de le rec­ti­fi­er ; s’il refuse, vous pou­vez vous-même faire des ajouts man­u­scrits à la fin du procès-ver­bal, suiv­is de votre signature.

Lors de l’in­ter­pel­la­tion, la police peut seule­ment accom­plir sur vous une pal­pa­tion de sécu­rité. Il s’ag­it d’une recherche extérieure, à tra­vers les vête­ments, d’ob­jets dan­gereux pour la sécu­rité du por­teur ou d’autrui. Cela ne peut en aucun cas con­sis­ter en des attouche­ments ou une fouille à corps. Ayez tou­jours les coor­don­nées d’un ou plusieurs avo­cats sur vous.

Extrait du “guide du man­i­fes­tant arrêté”, mise à jour novem­bre 2005
Par Éve­lyne Sire-Marin, mag­is­trat, mem­bre de la LDH, co-prési­dente de la Fon­da­tion Copernic
* CPP : Code de Procé­dure Pénale


Auteur/autrice : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.