Ik hou van jou

Pétales de vent

Ce soir j’ai le fiel en berne et l’humeur joyeuse. Point de polémique mais un peu de poésie, même si celle-ci date d’une quin­zaine d’an­nées… Dédi­cace à tous les amoureux… de l’autre, du verbe, de l’art !

Alfons Mucha - La Blonde (1897)
Alfons Mucha — La Blonde (1897)

Ik hou van jou

Jolie petite fille sage
Blonde bouclée aux astres bleus
Jolie jeune femme, ange volage
T’en sou­vient-il les jours heureux

Quand aux jardins les fleurs éclos­es
Guet­taient dessous leurs pétales d’or
Le temps venu de faire les choses
Des amants doux et sans remords

Jolie petite fille sage
Quand vien­dras-tu me voir encor
Jolie jeune femme, pars en voy­age
Mais reviens vite avant ma mort

L’amour tu sais est très morose
Quand on ne peut le vivre à deux
S’il ne se dit du moins il s’ose
M’aimeras-tu comme je le peux

Jolie petite fille sage
Lune polaire, astre du nord
Jolie jeune femme, terre sans partage
Quand voudras-tu revoir l’au­rore

Des matins clairs où l’eau des ros­es
Abreuve le cœur des amoureux
Quand Cupi­don sa flèche pose
Pour savour­er l’in­stant joyeux

Jolie petite fille sage
Près de toi je suis si heureux
Jolie jeune femme ton doux vis­age
Attise en moi un de ces feux

Et quand pour moi nue tu t’ex­pose
Je n’ai plus là qu’un seul remord
Avoir bafoué une si belle chose
Par un amour beau­coup trop fort.

Source : Ik hou van jou, Christophe Ancelin, Pétales de Vent (R.P. CAFB, 1994).


Auteur : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

4 réflexions sur « Ik hou van jou »

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.