L’ex-Nabot de Beauvau se voit-il déjà Pygmée à l’Élysée ?

Nico­las Sarkozy se ver­rait-il déjà à l’Élysée ?
Trépigne-t-il déjà en s’imaginant bien­tôt dis­pos­er des pleins pou­voirs ?


Sarko…s'tique et très méchant !
“Sans doute grisé par les sondages qui le pla­cent en tête du pre­mier tour, le can­di­dat UMP s’est récem­ment lais­sé aller à une petite crise d’autorité dans les locaux de France 3. Une sorte de caprice régalien que l’on croy­ait appartenir à d’autres temps, ceux de la vénérable ORTF.

M. Sarkozy a en effet men­acé de « vir­er » notre direc­tion. Comme ça, sur un coup de tête. Parce qu’elle n’a pas daigné lui dérouler le tapis rouge et accourir immé­di­ate­ment à sa ren­con­tre lorsqu’il est venu, le 18 mars dernier, par­ticiper à l’émission France Europe Express, présen­tée par Chris­tine Ock­rent.

À peine arrivé, Mon­sieur le Min­istre-can­di­dat se laisse d’abord aller à quelques grossièretés, esti­mant que cette émis­sion « l’emmerde » et qu’il n’a pas envie de la faire !

Ensuite, le voici vexé de devoir atten­dre dans les couloirs de France 3 pour être maquil­lé, d’autres invités occu­pant déjà les lieux (et oui, France 3 ne dis­pose que d’une salle de maquil­lage). Coupable de ce « crime de lèse-Sarkozy », voici notre direc­tion sur la sel­l­ette. « Toute cette direc­tion, il faut la vir­er », a lâché le can­di­dat UMP, comme le rap­porte Le Canard Enchaîné du 21 mars 2007. « Je ne peux pas le faire main­tenant. Mais ils ne per­dent rien pour atten­dre. Ça ne va pas tarder ».

Les Français sont désor­mais prévenus ! L’une des pri­or­ités de Nico­las Sarkozy s’il est élu prési­dent de la République sera de couper des têtes à France 3. À la trappe ces directeurs qui tar­dent à exé­cuter les courbettes.

Le Min­istre-can­di­dat avait déjà habitué notre rédac­tion à ses pos­es agacées, à ses humeurs dans nos locaux, face à une rédac­tion qui ne lui sem­ble man­i­feste­ment pas suff­isam­ment docile. Comme cette récente provo­ca­tion gra­tu­ite à l’adresse d’un jour­nal­iste du ser­vice poli­tique « ça ne doit pas être facile de me suiv­re quand on est jour­nal­iste de gauche ». Désor­mais, c’est à la direc­tion qu’il veut s’en pren­dre ?

La Société des Jour­nal­istes de la Rédac­tion Nationale de France 3 ne peut qu’être scan­dal­isée par une telle atti­tude de la part d’un can­di­dat à la plus haute mag­i­s­tra­ture de France. Nous nous inquié­tons que M. Sarkozy puisse affich­er sans aucune gêne un tel mépris pour l’indépendance des chaînes de ser­vice pub­lic.

Non, mon­sieur Sarkozy, les jour­nal­istes de la Rédac­tion Nationale de France 3 ne sont pas et ne seront jamais vos valets. Ils résis­teront à toute men­ace pesant sur leur indépen­dance. Si nous devons des comptes, ce n’est pas à un min­istre-can­di­dat, mais aux mil­lions de téléspec­ta­teurs, qui regar­dent chaque jour nos jour­naux d’information. Par respect pour eux, pour leur intel­li­gence, nous n’accepterons jamais aucune forme de mise sous tutelle poli­tique.

Ni de votre part, ni de la part d’aucun autre can­di­dat. À bon enten­deur.

Source : La Société des Jour­nal­istes de France 3. Le 23 mars 2007


Auteur : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.