La Françafrique de Tonton Sarko… (1)

Ce mois-ci, le coléop­tère vous pro­pose un peu de lec­ture en prove­nance directe de l’autre bord de la Méditer­ranée, suite au dis­cours pronon­cé par Speedy Sarko à Dakar le 24 juil­let 2007.

L’in­té­gral­ité de l’ar­ti­cle est vis­i­ble sur Le Mes­sager mais vous est présen­té ici en cinq par­ties, afin de sus­citer réflex­ions… et réactions.

Lors de sa récente vis­ite de tra­vail en Afrique sub­sa­hari­enne, le prési­dent de la République française, Nico­las Sarkozy, a pronon­cé à Dakar [le 24 juil­let 2007, ndlr] un dis­cours adressé à “l’élite de la jeunesse africaine”. Ce dis­cours a pro­fondé­ment choqué une grande par­tie de ceux à qui il était des­tiné, ain­si que les milieux pro­fes­sion­nels et l’in­tel­li­gentsia africaine fran­coph­o­ne. Viendrait-il à être traduit en anglais qu’il ne man­querait pas de causer des con­tro­ver­s­es bien plus soutenues compte tenu des tra­di­tions de nation­al­isme, de panafrican­isme et d’afro­cen­trisme plus ancrées chez les Africains anglo­phones que chez les fran­coph­o­nes. Achille Mbe­m­be* en fait, ici, une cri­tique argumentée.

Sarkozy l'Africain

En auraient-ils eu l’op­por­tu­nité, la majorité des Africains fran­coph­o­nes aurait sans doute voté con­tre Nico­las Sarkozy lors des dernières élec­tions prési­den­tielles français­es. Ce n’est pas que son con­cur­rent d’alors, et encore moins le par­ti social­iste, aient quoi que ce soit de con­va­in­cant à dire au sujet de l’Afrique, ou que leurs pra­tiques passées témoignent de quelque volon­té que ce soit de refonte rad­i­cale des rela­tions entre la France et ses ex-colonies. Le nou­veau prési­dent français aurait tout sim­ple­ment payé cher son traite­ment de l’im­mi­gra­tion lorsqu’il était le min­istre de l’in­térieur de Jacques Chirac, ses col­lu­sions avec l’ex­trême droite raciste et son rôle dans le déclenche­ment des émeutes de 2005 dans les ban­lieues de France.

Pour sa pre­mière tournée en Afrique au sud du Sahara, il a donc atter­ri à Dakar précédé d’une très mau­vaise répu­ta­tion — celle d’un homme poli­tique agité et dan­gereux, cynique et bru­tal, assoif­fé de pou­voir, qui n’é­coute point, dit tout et le dou­ble de tout, ne lésine pas sur les moyens et n’a, à l’é­gard de l’Afrique et des Africains, que con­de­scen­dance et mépris. Mais ce n’é­tait pas tout. Beau­coup étaient égale­ment prêts à l’é­couter, intrigués sinon par l’in­tel­li­gence politi­ci­enne, du moins la red­outable effi­cac­ité avec laque­lle il gère sa vic­toire depuis son élec­tion. Sur­pris par la nom­i­na­tion d’une Rachi­da Dati ou d’une Rama Yade au gou­verne­ment (même si à l’époque colo­niale il y avait plus de min­istres d’o­rig­ine africaine dans les cab­i­nets de la république et les assem­blées qu’au­jour­d’hui), ils voulaient savoir si, der­rière la manœu­vre, se pro­fi­lait un grand des­sein à une véri­ta­ble recon­nais­sance, par la France, du car­ac­tère mul­tira­cial et cos­mopo­lite de sa société.

Il était donc atten­du. Dire qu’il a déçu est une litote. Certes, le car­tel des satrapes (d’O­mar Bon­go, Paul Biya et Sas­sou Ngues­so à Idris Déby, Eyadé­ma Fils et les autres) se félicite de ce qui appa­raît claire­ment comme le choix de la con­ti­nu­ité dans la ges­tion de la Françafrique — ce sys­tème de cor­rup­tion réciproque qui lie la France à ses affidés africains. Mais si l’on en juge par les réac­tions enreg­istrées ici et là, les édi­to­ri­aux, les cour­ri­ers dans la presse, les inter­ven­tions sur les chaînes de radios privées et les débats élec­tron­iques, une très grande par­tie de l’Afrique fran­coph­o­ne à com­mencer par la jeunesse à laque­lle il s’est adressé, a trou­vé ses pro­pos franche­ment choquants. Et pour cause. Dans tous les rap­ports où l’une des par­ties n’est pas assez libre ni égale, le viol sou­vent com­mence par le lan­gage, un lan­gage qui, sous pré­texte d’ami­tié, s’ex­empte de tout et s’au­to-immu­nise tout en faisant porter tout le poids de la cru­auté au plus faible.

Source : Le Mes­sager
*Achille MBe­m­be est un uni­ver­si­taire camer­ounais de renom­mée inter­na­tionale. Spé­cial­iste d’his­toire, mais aus­si de sci­ences poli­tiques, il est âgé d’une quar­an­taine d’an­nées. Diplômée de La Sor­bonne en France, il a enseigné à l’u­ni­ver­sité de Yaoundé au Camer­oun. Il est actuelle­ment pro­fesseur tit­u­laire aux uni­ver­sités de Wit­wa­ter­srand, à Johan­nes­burg (Afrique du Sud), directeur de recherche au Wit­wa­ter­srand Insti­tute for Social and Eco­nom­ic Research (WISER) et pro­fesseur tit­u­laire à l’u­ni­ver­sité d’Irvine, Cal­i­fornie (USA)


Auteur/autrice : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.