La Françafrique de Tonton Sarko… (2)

Ce mois-ci, le coléop­tère vous pro­pose un peu de lec­ture en prove­nance directe de l’autre bord de la Méditer­ranée, suite au dis­cours pronon­cé par Speedy Sarko à Dakar le 24 juil­let 2007.

L’intégralité de l’article est vis­i­ble sur Le Mes­sager mais vous est présen­té ici en cinq par­ties, afin de sus­citer réflex­ions… et réac­tions. (cliquez ici pour lire le début de l’ar­ti­cle).

Achille Mbembe

Régres­sion

Mais pour qui n’at­tend rien de la France, les pro­pos tenus à l’u­ni­ver­sité de Dakar sont fort révéla­teurs. En effet, le dis­cours rédigé par Hen­ri Guaino (con­seiller spé­cial) et pronon­cé par Nico­las Sarkozy dans la cap­i­tale séné­galaise offre un excel­lent éclairage sur le pou­voir de nui­sance con­scient ou incon­scient, pas­sif ou act­if qui, dans les dix prochaines années, pour­rait découler du regard pater­nal­iste et éculé que con­tin­u­ent de porter cer­taines des nou­velles élites français­es (de gauche comme de droite) sur un con­ti­nent qui n’a cessé de faire l’ex­péri­ence de rad­i­cales muta­tions au cours de la dernière moitié du XXe siè­cle notamment.

Dans sa “fran­chise” et sa “sincérité”, Nico­las Sarkozy révèle au grand jour ce qui, jusqu’à présent, rel­e­vait du non-dit, à savoir qu’aus­si bien dans la forme que dans le fond, l’ar­ma­ture intel­lectuelle qui sous-tend la poli­tique africaine de la France date lit­térale­ment de la fin du XIXe siè­cle. Voici donc une poli­tique qui, pour sa mise en cohérence, dépend d’un héritage intel­lectuel obsolète, vieux de près d’un siè­cle, mal­gré les rafistolages.

Le dis­cours de Nico­las Sarkozy à Dakar mon­tre com­ment, enfer­mé dans une vision friv­o­le et exo­tique du con­ti­nent, les “nou­velles élites français­es” pré­ten­dent jeter un éclairage sur des réal­ités dont elles ont fait leur han­tise et leur fan­tasme (la race), mais dont, à la vérité, elles ignorent tout. Ain­si, pour s’adress­er à “l’élite de la jeunesse africaine”, Hen­ri Guaino se con­tente de repren­dre, presque mot à mot, des pas­sages du chapitre con­sacré par Hegel à l’Afrique dans son ouvrage La rai­son dans l’his­toire et dont j’ai fait, récem­ment encore et après bien d’autres, une longue cri­tique dans mon livre De la post­colonie (pp. 221 – 230).

Selon Hegel en effet, l’Afrique est le pays de la sub­stance immo­bile et du désor­dre éblouis­sant, joyeux et trag­ique de la créa­tion. Les nègres, tels nous les voyons aujour­d’hui, tels ils ont tou­jours été. Dans l’im­mense énergie de l’ar­bi­traire naturel qui les domine, ni le moment moral, ni les idées de lib­erté, de jus­tice et de pro­grès n’ont aucune place ni statut par­ti­c­uli­er. Celui qui veut con­naître les man­i­fes­ta­tions les plus épou­vanta­bles de la nature humaine peut les trou­ver en Afrique. Cette par­tie du monde n’a, à pro­pre­ment par­ler, pas d’his­toire. Ce que nous com­prenons en somme sous le nom d’Afrique, c’est un monde anhis­torique non dévelop­pé, entière­ment pris­on­nier de l’e­sprit naturel et dont la place se trou­ve encore au seuil de l’his­toire universelle.

Les nou­velles élites français­es ne sont pas con­va­in­cues d’autre chose. Elles parta­gent ce préjugé hégélien. Con­traire­ment à la généra­tion des “Papa-Com­man­dant” (de Gaulle, Pom­pi­dou, Gis­card d’Es­taing, Mit­ter­rand ou Chirac) qui épou­sait tacite­ment le même préjugé tout en évi­tant de heurter de front leurs inter­locu­teurs, les nou­velles élites de France esti­ment désor­mais que l’on ne peut ren­dre compte de sociétés aus­si plongées dans la nuit de l’en­fance qu’en s’ex­p­ri­mant sans frein, dans une sorte de vierge énergie. Et c’est bien ce qu’elles ont à l’idée lorsque, désor­mais, elles défend­ent tout haut l’idée d’une nation “décom­plexée” par rap­port à son his­toire coloniale.

À leurs yeux, on ne peut par­ler de l’Afrique qu’en suiv­ant, en sens inverse, le chemin du sens et de la rai­son, peu importe que cela se fasse dans un cadre où chaque mot pronon­cé l’est dans un con­texte d’ig­no­rance. D’où la ten­dance à sat­ur­er les mots, à recourir à une sorte de pléthore ver­bale, à procéder par la suf­fo­ca­tion des images à toutes choses qui octroient au dis­cours de Nico­las Sarkozy à Dakar son car­ac­tère heurté, bégayant et abrupt.

J’ai en effet beau faire la part des choses. Dans le long mono­logue de Dakar, je ne trou­ve d’in­vi­ta­tion à l’échange et au dia­logue que rhé­torique. Der­rière les mots se cachent surtout des injonc­tions, des pre­scrip­tions, des appels au silence, voire à la cen­sure, une insup­port­able suff­i­sance dont, je l’imag­ine, on ne peut faire preuve qu’à Dakar et à Libre­ville, et cer­taine­ment pas à Pre­to­ria ou à Luanda.

Source : Le Mes­sager
*Achille MBe­m­be est un uni­ver­si­taire camer­ounais de renom­mée inter­na­tionale. Spé­cial­iste d’his­toire, mais aus­si de sci­ences poli­tiques, il est âgé d’une quar­an­taine d’an­nées. Diplômée de La Sor­bonne en France, il a enseigné à l’u­ni­ver­sité de Yaoundé au Camer­oun. Il est actuelle­ment pro­fesseur tit­u­laire aux uni­ver­sités de Wit­wa­ter­srand, à Johan­nes­burg (Afrique du Sud), directeur de recherche au Wit­wa­ter­srand Insti­tute for Social and Eco­nom­ic Research (WISER) et pro­fesseur tit­u­laire à l’u­ni­ver­sité d’Irvine, Cal­i­fornie (USA)


Auteur/autrice : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.