La Françafrique de Tonton Sarko… (4)

Ce mois-ci, le coléop­tère vous pro­pose un peu de lec­ture en prove­nance directe de l’autre bord de la Méditer­ranée, suite au dis­cours pronon­cé par Speedy Sarko à Dakar le 24 juil­let 2007.

L’intégralité de l’article est vis­i­ble sur Le Mes­sager mais vous est présen­té ici en cinq par­ties, afin de sus­citer réflex­ions… et réac­tions. (cliquez ici pour lire le début de l’ar­ti­cle).

La poli­tique de l’ignorance

Le dis­cours se déroule donc dans une béat­i­fique volon­té d’ignorance de son objet, comme si, au cours de la deux­ième moitié du XXe siè­cle, l’on n’avait pas assisté à un développe­ment spec­tac­u­laire des con­nais­sances sur les muta­tions, sur la longue durée, du monde africain.

Je ne par­le pas de la con­tri­bu­tion des chercheurs africains eux-mêmes à la con­nais­sance de leurs sociétés, ni de la cri­tique interne de leurs cul­tures – cri­tique à laque­lle cer­tains d’entre nous ont con­tribué. Je par­le des mil­liards de son pro­pre tré­sor que le gou­verne­ment français a com­mis dans cette grande œuvre et ne m’explique guère com­ment, au terme d’un tel investisse­ment, on peut encore, aujourd’hui, par­ler de l’Afrique en des ter­mes aus­si peu intelligents.

Que cache cette poli­tique de l’ig­no­rance volon­taire et assumée ?

Com­ment peut-on se présen­ter à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar au début du XXIe siè­cle et par­ler à l’élite intel­lectuelle africaine comme si l’Afrique n’avait pas de tra­di­tion intel­lectuelle et cri­tique pro­pre et comme si Sen­g­hor et Cama­ra Laye étaient les derniers mots de l’intelligence africaine au cours du XXe siècle ?

Par ailleurs, où sont donc passées les con­nais­sances accu­mulées au cours des cinquante dernières années par l’Institut de Recherche sur le Développe­ment, les lab­o­ra­toires du Cen­tre Nation­al de la Recherche Sci­en­tifique, les nom­breux appels d’offres thé­ma­tiques réu­nis­sant chercheurs africains et français qui ont tant servi à renou­vel­er notre con­nais­sance du con­ti­nent – ini­tia­tives sou­vent généreuses aux­quelles il m’est d’ailleurs arrivé, plus d’une fois, d’être associé ?

Com­ment peut-on faire comme si, en France même, Georges Balandi­er n’avait pas mon­tré, dès les années cinquante, la pro­fonde moder­nité des sociétés africaines ; comme si Claude Meil­las­soux, Jean Copans, Emmanuel Ter­ray, Pierre Bonafé et beau­coup d’autres n’en avaient pas démon­té les dynamiques internes de pro­duc­tion des iné­gal­ités ; comme si Cather­ine Coquery-Vidrovitch, Jean-Suret Canale, Almei­da Topor et plusieurs autres n’avaient pas mis en évi­dence et la cru­auté des com­pag­nies con­ces­sion­naires, et les ambigüités des poli­tiques économiques colo­niales ; comme si Jean-François Bayart et la revue Poli­tique africaine n’avaient pas tor­du le cou à l’illusion selon laque­lle le sous-développe­ment de l’Afrique s’explique par son “désen­gage­ment du monde” ; comme si Jean-Pierre Chré­tien et de nom­breux géo­graphes n’avaient pas admin­istré la preuve de l’inventivité des tech­niques agraires sur la longue durée ; comme si Alain Dubres­son, Annick Osmont et d’autres n’avaient pas décrit, patiem­ment, l’incroyable métis­sage des villes africaines ; comme si Alain Marie et les autres n’avaient pas mon­tré les ressorts de l’individualisme ; comme si Jean-Pierre Warnier n’avait pas décrit la vital­ité des mécan­ismes d’accumulation dans l’Ouest-Cameroun et ain­si de suite.

Source : Le Mes­sager
*Achille MBe­m­be est un uni­ver­si­taire camer­ounais de renom­mée inter­na­tionale. Spé­cial­iste d’his­toire, mais aus­si de sci­ences poli­tiques, il est âgé d’une quar­an­taine d’an­nées. Diplômée de La Sor­bonne en France, il a enseigné à l’u­ni­ver­sité de Yaoundé au Camer­oun. Il est actuelle­ment pro­fesseur tit­u­laire aux uni­ver­sités de Wit­wa­ter­srand, à Johan­nes­burg (Afrique du Sud), directeur de recherche au Wit­wa­ter­srand Insti­tute for Social and Eco­nom­ic Research (WISER) et pro­fesseur tit­u­laire à l’u­ni­ver­sité d’Irvine, Cal­i­fornie (USA)


Auteur/autrice : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.