L’Aiguillon Nouveau, le journal qui sait sonner les cloches !

Ah ! Voilà bien des citoyens qui méri­tent la palme de l’énergie !


L’Aiguillon Nouveau - bandeau

Mais atten­tion, pas la nucléaire qui tâche, non ! L’én­ergie pro­pre, renou­ve­lable ! Et comme cette dernière, L’Aigu­il­lon fait souf­fler un vent nou­veau sur Autricum ! Mont­pel­li­er savourait déjà L’Ag­glo­rieuse, le jour­nal qui sait emballer le pois­son, Chartres ne pour­ra bien­tôt plus se pass­er de L’Aigu­il­lon Nou­veau, le jour­nal qui fait son­ner les cloches…

Et Dieu sait qu’elles sont nom­breuses, les cloches !

Et puisqu’on en est à par­ler mytholo­gie, j’en prof­ite pour rap­pel­er ces quelques déf­i­ni­tions (emprun­tées au Petit Robert)…

laiguillon-nouveau-er78-10-06.jpg

Satyrique : adj. (1488 ; lat. satyri­cus, mot gr.), Myth. (1755). Des Satyres. Antiq. Danse satyrique, à pos­tures indé­centes. — Poème, drame satyrique : forme théa­trale grecque, pièce tra­gi-comique issue du culte dyonisiaque.

Satyre : n. m. (Satire, 1372 ; lat. satyrus, mot gr.). Divinité mythologique de la terre, être à corps humain, à cornes et pieds de chèvre, de bouc. Fig. (XVI­Ie). Vieil­li. Homme cynique et débauché. Mod. et fam. Homme lubrique, obscène, qui entre­prend bru­tale­ment les femmes ; exhi­bi­tion­niste, voyeur. (1671) Papil­lon de jour à grandes ailes brunes et noires, com­mun en France.

Papillon Satyre

Satirique : adj. (1380, de satire). Qui appar­tient à la satire. Boileau, poète satirique. Qui con­stitue une satire. Ouvrage satirique. Chan­sons satiriques des chan­son­niers. Pro­pos satiriques. V. Mor­dant, piquant. Dessin satirique et humoris­tique. Lit­tér. (1488) Qui aime, pra­tique la satire. Des écrivains “qui avaient l’e­sprit satirique, le don de l’ironie” (Lecomte). V. Caus­tique.

Satire : n. f. (h. 1355 ; 1560 ; var. satyre jusqu’au XVI­Ie ; lat. sati­ra, pro­pre­ment “macé­doine, mélange”). Hist. litt. Ouvrage libre de la lit­téra­ture latine où les gen­res, les formes, les mètres étaient mëlés, et qui cen­surait les moeurs publiques. Poème (en vers) où l’au­teur attaque les vices, les ridicules de ses con­tem­po­rains. Satires de Juvé­nal, de Boileau. — La Satire : ce genre lit­téraire. Mod. (XVI­Ie). Ecrit, dis­cours qui s’at­taque à quelque chose, à quelqu’un, en s’en moquant. Une satire vio­lente, amu­sante, pleine d’hu­mour. Satire con­tre quelqu’un. V. Epi­gramme, pam­phlet. — Cri­tique moqueuse. Faire la satire d’un milieu. “La satire amusée des évène­ments de l’an­née” (Léau­taud).

Illus­tra­tions : — L’Aigu­il­lon Nou­veau, ban­deau n°71 (Sep­tem­bre 2006).
 — “Le jour­nal satyrique devient bimen­su­el”, in L’É­cho Répub­li­cain, 7 et 8 octo­bre 2006.
 — Satyre, Imagier.net


Auteur/autrice : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.