Les conclusions qui fâchent…

Le 29 avril dernier, la com­mis­sion d’en­quête publique a ren­du ses con­clu­sions con­cer­nant le nou­veau pro­jet d’élab­o­ra­tion du sché­ma de cohérence ter­ri­to­ri­ale (SCOT) de l’ag­gloméra­tion chartraine.

Schéma de cohérence territoriale (SCOT) de Chartres

Tout en émet­tant un avis favor­able au pro­jet de SCOT, elle pose les con­di­tions sus­pen­sives suivantes :

  • - “Que soit lev­ée l’op­po­si­tion faite à la com­mune de Mainvil­liers d’amé­nag­er la ZAC ouest de cette commune […]
  • - Que soit autorisée l’in­stal­la­tion du cen­tre com­mer­cial Leclerc sur la zone de la Torche […]
  • - Que soit étudiée la per­ti­nence, tech­nique, économique et envi­ron­nemen­tale, de l’in­stal­la­tion de l’u­nité de traite­ment des eaux usées de l’ag­gloméra­tion char­traine avant son inscrip­tion sur les doc­u­ments du SCOT.”

Elle recom­mande par ailleurs :

  • - “Que soit étudié avec per­ti­nence, l’in­stal­la­tion d’un pôle BTP, néces­saire à prox­im­ité de l’ag­gloméra­tion, mais hors rocade, et en inté­grant une réflex­ion sur un cen­tre tech­nique amiante-ciment.
  • - Que soient assou­plies les règles de crois­sance démo­graphique, notam­ment pour les petits vil­lages du ter­ri­toire du SCOT, qui pour­raient béné­fici­er de mesures d’ac­com­pa­g­ne­ment particulières.
  • - Que soit inté­gré dans le volet “urban­isme” du pro­jet une réflex­ion sur les sports et les loisirs, élé­ments de mix­ité sociale.
  • - Que soient plus claire­ment exprimés les pro­jets d’amé­nage­ment du pôle gare et de l’an­ci­enne base aéri­enne, ain­si que le devenir de l’aéro­drome de Chartres-Champhol.”

Autant de choses qui vont con­trari­er les pro­jets de grandeur et de con­cen­tra­tion du mul­ti­carte JPG, lequel préfère peut-être garder la manne finan­cière que représente la taxe pro­fes­sion­nelle acquit­tée par le cen­tre com­mer­cial, plutôt que de la voir fil­er dans une “com­mune libre”, tout comme il compte garder la main sur la sta­tion d’épu­ra­tion, sen­si­ble­ment pour les mêmes raisons, alors que Saint-Prest s’est man­i­festé pour l’accueillir.

La com­mune de Mainvil­liers, ne souhai­tant pas devenir la poubelle de l’ag­g­lo, a pour l’in­stant refusé l’im­plan­ta­tion de cette struc­ture, qui pour­rait s’ac­com­pa­g­n­er d’un cen­tre de traite­ment des déchets lourds et industriels.

Faut-il y voir une cause de la fer­me­ture de la piscine des Vauroux ?


Auteur/autrice : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.