Les définitions nécessaires du coléoptère (5)

Les définitions nécessaires du coléoptère

Y’a pas à chi­er, on s’com­prend pas ! Parig­ot, c’est un fait, mais ça fait quand même vingt piges que je crèche dans la pam­pa beauceronne, hormis quelques inter­ludes entre Vit­ry et Mau­guio. Même si on ne devrait jamais quit­ter Mon­tauban, quand j’ar­rive aux Cas­tors il y a dix ans, je pense être de retour au bercail mais que t’chi ! L’avis des autochtones est que je suis et reste un accouru…

Castor
  1. Mam­mifère végé­tarien des riv­ières et des lacs (rongeurs), à pattes palmées et à large queue plate (1135).
  2. Au pluriel, per­son­nes asso­ciées pour con­stru­ire leurs logements.
  3. Homme d’une grande puis­sance sex­uelle (1970, Boudart-Étienne).
  4. Pros­ti­tué mâle ; homo­sex­uel en général (1920, Bauche, argot des matelots).
Parigot
  1. De Paris (1886). Parisien : Les Parigots.
  2. Accent parig­ot : les into­na­tions (…) encore un peu trop parig­otes. (Jules Romains)
  3. « Parig­ot, tête de veau » :

    Depuis notre départ de Paris, nous avions pris l’habi­tude de ne compter que sur nous-mêmes : nous venions de décou­vrir le plaisir de nous débrouiller, enfants, dans un monde d’adultes. (…) Un peu après qua­tre heures et demie, nous ren­con­trons quelque­fois des goss­es de notre âge. Nous avons eu droit à quelques : “Parisiens, têtes de chien, Parig­ots, têtes de veau”, mais aux alen­tours de dix ans, la pos­ses­sion d’un bal­lon arrange bien des choses. (Joseph Jof­fo, Un sac de billes, 1973)

Tchi (que)
  1. Rien du tout. Du romani tchî, rien (Esnault, 1952).

    Seule­ment, ces bagatelles pro­to­co­laires mis­es à part, ques­tions gre­luches, y avait que t’chi, pas la queue d’une. (Albert Simonin, Une balle dans le canon, 1958)

Sources : Le Petit Robert, Paul Robert (réédi­tion sous la direc­tion de Josette Rey-Debove et Alain Rey, Le Robert, 2009).
Grand dic­tio­n­naire Argot et français pop­u­laire, Jean-Paul Col­in (Larousse, 2006).
Le Lan­gage pop­u­laire, Hen­ri Bauche (Pay­ot, 1920).
La Méth­ode à Mimille, Alphonse Boudard et Luc Éti­enne (La Jeune Par­que, 1970).
Dic­tio­n­naire his­torique des argots français, Gas­ton Esnault (Larousse, 1965).


Auteur/autrice : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.