Les Maux de l’Humanité

L'Écho des Maux

Les Maux de l’Hu­man­ité
Extrait du recueil L’É­cho des Maux, par Christophe Ancelin.

Les Maux de l’Humanité

S’il n’y avait eu cet épisode dra­ma­tique
Qui a remué et fouil­lé ma chair au plus pro­fond
J’au­rais été sûre­ment moins luna­tique
Et à coup sûr moins sen­si­ble et fécond

Je garde ce regard d’en­fant comme un tré­sor
Que même l’in­san­ité n’a pu décou­vrir
Au plus noir de ma tour­mente et dès lors
Je perçois le des­sein véri­ta­ble qui m’empêche de mourir

J’ai ouvert les yeux très tôt sur la bassesse du monde
Apeuré, hor­ri­fié, mais com­plice et volon­taire
Aujour­d’hui je n’ai de cesse à chaque sec­onde
De mag­ni­fi­er ce qu’il reste de pur face au vul­gaire

Trou­ver dans les maux de l’hu­man­ité la beauté
De notre con­di­tion d’an­i­mal grisé de lib­erté
Est la recherche de toute philoso­phie
Et c’est je crois un des­tin noble pour une vie

S’il n’y avait eu en moi ce sen­ti­ment d’éthique
Qui a remué ma chair, mon âme et ses tré­fonds
J’au­rais été je vous l’avoue moins fréné­tique
Mais aus­si, quel dom­mage, moins sen­si­ble et fécond…

Illus­tra­tion : Luis Royo.


Auteur : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.