Mal de Gorges ? Pillule Vallet & pastille Farion, dragée Brétillard, suppo Chevée, placebo Delille, sérum Chartres Commune

Allez, plus que huit jours et déjà cer­tains arrêteront de nous gon­fler… À Chartres surtout, qui vit une péri­ode de cam­pagne élec­torale per­ma­nente depuis la prési­den­tielle de mai 2007, suiv­ie de la réélec­tion de justesse puis de la des­ti­tu­tion de jus­tice de Jean-Pierre Gorges.

Le maire en sur­sis et mau­vais joueur, qui a pris, “de plein fou­et”, “l’ef­fon­drement de [la] cote” prési­den­tielle, s’est vu désign­er par Raf­farin “pre­mière vic­time du rap­port Attali”. Pas vrai­ment le genre de récom­pense atten­du. Décon­fit lors de la lég­isla­tive par­tielle découlant de la déci­sion du Con­seil con­sti­tu­tion­nel, il veut sa revanche et la bave aux lèvres, s’en va dépos­er, lui aus­si, un recours après le recours tout en n’ou­bliant pas, lui aus­si, de se présen­ter à la munic­i­pale… En face effec­tive­ment, celle qui lui a oppor­tuné­ment ravi le fau­teuil de député se croit main­tenant investie d’une mis­sion human­i­taire, forte de qua­si-pou­voirs divins qui ferait d’elle la Ségolène du Beauceron, la Sainte Françoise qui telle Jeanne d’Arc, jadis et en d’autres lieux, bou­ta l’en­ne­mi hors les enceintes de la cité.

À ce titre, il suf­fit de lire le por­trait que fait d’elle l’heb­do des social­istes pour com­pren­dre qu’elle a déjà la grosse tête, même si elle s’en défend. La pre­mière ligne fait déjà sourire lorsqu’on lit “force de con­vic­tion”. On me dira que tout est dans la for­mu­la­tion et que force de con­vic­tion ne veut pas dire avoir des con­vic­tions, mais franche­ment, par­le-t-on de la même ? Vic­time con­sen­tante d’une récupéra­tion poli­tique de sa vic­toire, Françoise Val­let invoque dès le lende­main “la dis­ci­pline de par­ti” pour renier sa pro­pre parole devant les électeurs, oubliant un peu vite — et avec quel mépris ! — que ceux-ci ne sont pas tous social­istes ; car si elle a été élue, c’est par des gens de gauche, du cen­tre et de droite, et net­te­ment plus par rejet de Gorges que par adhé­sion à sa per­son­ne. Et l’élec­tion munic­i­pale est là pour le lui rappeler.

Con­tre le mal de Gorges, le choix de la médication !

Dans cette élec­tion juste­ment, ceux qui n’ont pas digéré la pil­lule Val­let pro­posent d’autres médi­ca­tions, comme autant de remèdes con­tre le mal de Gorges. Ain­si, de la même fac­ture mais pas du même labo, la pastille Far­i­on vous promet un pro­gramme social­iste sans éti­quette mais peut-être pas sans saveur, pre­scrit sur ordon­nance. Ceux qui ont du mal avec les gouttes dans le nez peu­vent tou­jours se four­rer un sup­pos­i­toire Chevée là où ça fait du bien en espérant que ça passe, ou avaler une dragée Brétil­lard, sorte de vac­cin non rem­boursé mais rad­i­cal con­tre le mal de Gorges. Atten­tion à ne pas dépass­er la dose prescrite.

Enfin, les adeptes de l’homéopathie et de la médecine douce se tourneront davan­tage vers le place­bo Delile, sachant que celui-ci n’est pas plus effi­cace en deux­ième semaine qu’en pre­mière… Mais le meilleur remède con­tre le mal de Gorges, celui que votre coléop­tère préféré a choisi pour se débar­rass­er défini­tive­ment de cette vilaine grippe, c’est sans aucun doute le sérum de Chartres Com­mune, sorte de mix­ture com­posée de divers ingré­di­ents aux principes haute­ment act­ifs et biodégrad­ables… Un con­cen­tré d’én­er­gies avec des zestes citoyens pour être en forme toute l’année !

Bon, je retourne pren­dre ma dose et ma piquouse de rap­pel


Auteur/autrice : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.